POISSONS D’AQUARIUM : UN COMMERCE DEVASTATEUR ?

En Allemagne comme en France, les poissons d’ornement sont très appréciés. Mais, dans le monde entier, les bonnes pratiques en matière de pêche et d’élevage sont loin d’être respectées, ce qui diminue leur espérance de vie. Comment protéger ces poissons ?

En Allemagne comme en France, les poissons d’ornement sont des animaux de compagnie très appréciés. Ils sont souvent affublés de vénérables noms : poisson-cardinal de Banggai, poisson-ange duc ou encore chirurgien bleu. Les doux mouvements d’un aquarium apaisent nombre de personnes. Mais rares sont ceux qui se demandent dans quelles conditions ces animaux exotiques parviennent dans nos animaleries. Difficiles à contrôler, les filières de commercialisation existent dans le monde entier. En Indonésie, les pêcheurs travaillent souvent sans matériel de plongée et risquent leur vie pour une bonne prise. Malgré les importantes sanctions encourues, certains endorment les poissons avec du cyanure. Conséquences ? Un rendement accru, certes, mais des poissons souvent malades dont l’espérance de vie est faible.

En outre, le cyanure tue les coraux et d’autres animaux marins. Christiane Schmidt, chercheuse allemande en biologie marine, s’engage pour des méthodes de pêche, de transport et d’élevage plus respectueuses de l’environnement. En Asie et en Amérique du Sud, elle mène des campagnes de protection de la faune et de la flore auprès des pêcheurs et des commerçants.

Comment protéger les poissons marins destinés à nos aquariums ? Que peuvent faire les aquariophiles européens pour favoriser les bonnes pratiques en matière de pêche et d’élevage ? Pour répondre à ces questions, Émilie Langlade et Adrian Pflug, les présentateurs de Xenius, se rendent dans un aquarium berlinois.

Laisser un commentaire