Nyos Quantum 300

605 Views

Demat

Je viens de recevoir un nouveau écumeur le nyos quantum 300

Détails techniques :

Pompe: 2xQuantum 5.0

Air max. 4400 l / h

Puissance: 2×22 W

Dimensions (L xlx H): 33.5 x 41 x 65 cm Pour aquariums: 1000-4000 litres

Je vous en détail de l’assemblage de l’ecumeur


Kenavo

Après un bain dans l’océan, un ado en ressort les pieds ensanglantés

239 Views

ACCIDENT – Un adolescent australien est ressorti d’une baignade nocturne dans l’ocan avec les pieds et les chevilles en sang. Un mystre que les mdecins ont eu du mal expliquer mais probablement d de petits crustacés

Des « dents de la mer » qui font des ravages. Un adolescent est ressorti ce samedi soir d’une baignade dans l’océan les pieds et les chevilles en sang. Du jamais vu pour les médecins qui l’ont pris en charge, lesquels estiment néanmoins que les coupables seraient des petits crustacs.

Le « cauchemar » de Sam Kanizay, après etre immobile dans l’eau, sur une plage de Brighton, dans la banlieue de Melbourne. « L’eau froide a engourdi mes jambes. J’ai senti des picotements, mais ce n’etait peut-etre pas juste des picotements », a expliqué ce lundi le jeune homme de 16 ans la radio 3AW. Lorsqu’il est sorti de la mer, il saignait abondamment du bas des jambes.

« On aurait dit des centaines de petits trous d’aiguilles »

Mme après avoir passé  ses jambes sous la douche, le sang ne s’arrêtait pas de couler et sa famille a alors pensé qu’il s’agissait d’une attaque de poux de mer. « On aurait dit des centaines de petits trous d’aiguilles, ou de morsures de la taille d’une tete d’aiguille, partout sur mes chevilles et le dessus de mon pied », a-t-il dcrit.

Le jeune garon a été conduit l’hopital, les médecins ne parviennent pas expliquer la cause de ses blessures. « Quelques personnes pensaient qu’il s’agissait de poux de mer, mais personne n’en savait vraiment rien. » Son pere a recueillir un chantillon de ces petits crustacs marins et poster sur internet une vidéo les montrant en train de dévorer de petites portions de viande.

 

Cuprisorb de chez seachem

663 Views

Demat

Suite au test icp de chez marinlab qui avait un taux anormal de zing du a deux pompes de brassage qui rouillaient dans la réserve d’eau mer, j’ai traiter l’eau de l’aquarium un résine de chez seachem « cuprisorb »

Copie du site seachem

La description

CupriSorb est un puissant adsorbant de cuivre et de métaux lourds. CupriSorb ™ éliminera le cuivre plus rapidement et efficacement que le carbone et est donc idéal pour l’élimination du cuivre d’urgence. Il extrait tous les types de cuivre de l’eau et, en cas d’utilisation continue, du lit de gravier / substrat. CupriSorb ™ permettra la maintenance des invertébrés dans des citernes traitées au cuivre en éliminant la lixiviation du cuivre des substrats.

Les produits concurrents ne sont pas des produits chélatants, mais simplement des résines échangeuses de cations. De telles résines peuvent éliminer le cuivre de l’eau douce mais inefficaces dans l’eau salée.

instructions

Utilisez 250 mL pour chaque 600 L (150 US gallons) pour éliminer jusqu’à 7 500 mg (12 ppm) de cuivre. Utilisez le sac de médias filtrants tel que The Bag ™ . Pour de meilleurs résultats, CupriSorb ™ doit être placé de manière à maximiser le débit d’eau à travers celui-ci. Pour éliminer le lixiviation indétectable du substrat, le cuivre conserve CupriSorb ™ pendant au moins 2 semaines après que les tests de cuivre ne rapportent aucun cuivre. Utiliser dans un filtre à cartouche, un module de filtration chimique, un filtre à caisse ou une zone à grande écoulement d’un filtre à gaz.

L’épuisement est indiqué par une décoloration prononcée des perles à une couleur noir bleu foncé. Utilisez MultiTest : Cuivre pour surveiller le cuivre. Lorsqu’il est épuisé, CupriSorb ™ peut être éliminé ou régénéré.

J’ai mis deux boites de cuprisorb dans une chaussette, laisser dans la décante, j’ai refais un test icp et en Quinze jours mon taux de zing est a zéro, juste pour rappelle sur la totalité  de 2500 litres d’eau de mer a traiter.

Le produit est   efficace et j’ai mis une dose de cette résine dans ma réserve d’eau douce .

Et un bonus une vidéo sur mon changement d’eau

Kenavo

Kenavo

Chasing coral

241 Views

Demat

Alors que les récifs de corail disparaissent peu-à-peu dans le monde, un groupe de scientifiques et photographes se lancent dans une aventure pour nous faire découvrir les mystères sous-marins.

Richard Vevers, le fondateur de The Ocean Agency, raconte avoir tout quitté pour se consacrer à la sauvegarde des océans, se met en quatre pour réunir scientifiques, ingénieurs, passionnés de fonds marins et plongeurs photographes autour d’un même projet : photographier et filmer la disparition progressive du corail dans trois endroits différents du globe Hawaï, les Caraïbes et l’Australie.

Ce film est en espagnol, mais la beauté des images valent le coup d’oeil

Kenavo

Les tests colorimétrique de chez AF

438 Views

Demat

Une nouvelles gamme de test colorimétriques de chez aquaforest que j’ai pu comparé avec Salifert et colombo avec une précision plus au moins fiable que j’ai pu réalisé

j’utilise trois types de test colorimétriques : le calcium, le magnésium et le KH (lien sur les valeur moyen )

pour les marques du test

kh : colombo, salifert, aquaforest

magnésium : salifert et aquaforest

calcium : salifert et aquaforest

j’ai pris comme réference au dernier test icp

calcium du bac : 458 mg, kh du bac : 9, magnésium du bac : 1498 mg

les résultats du test

kh colombo : 8,8

kh salifert : 9,2

kh aquaforest : 9,3

magnésium salifert :  1395 mg

magnésium aquaforest : 1495 mg

calcium salifert : 420 mg

calcium aquaforest : 450 mg

La surveillance régulière de quelques paramètres de votre aquarium donnera de précieux renseignements sur l’état général de la santé des coraux, quel que soit son niveau d’expérience.

Généralement avec mon oeil d’expert, je fais très peu de test et  d’un seul coup d’œil, je peux juger l’état de santé des habitants mais pour avoir un test complet de votre aquarium le mieux est faire un test ICP, on voit que certains éléments sont en trop, et que surtout les tests colorimétriques sont moins précis que d’autres

Kenavo

Test ICP de chez marinlab

460 Views

Demat

Le laboratoire marinLab proposer d’analyser l’eau par l’ICP-OES (Spectrométrie d’émission optique par plasma couplée intuitivement) est une technique utilisée pour analyser la composition chimique d’un divers type d’échantillons liquides, p. Ex. Eau potable, eaux usées ou eau de mer.

Dans notre laboratoire, nous testons : Li, Si, I, Ba, Mo, Ni, Mn, Be, Cr, Co, Fe, V, Zn, Hg, Se, Cd, Sn, Sb, As, Al, PB, Ti , Cu, La, Sc, W, Na, Ca, Mg, K, Br, B, Sr, S, P, PO4 + Salinité & KH!

il existe deux box en vente, une box pour analyser que l’eau de l’aquarium et une box pour l’eau de l’aquarium et l’eau de votre osmoseur

le kit de box que j’ai choisi pour faire un test complet de mon eau de l’aquarium et de l’eau osmosée

les modes d’emploi

pour l’adresse du site: marinlab

Il faut compter 4 jours pour recevoir votre analyse

Kenavo

TEST LAB CALCIUM DE CHEZ AQUAFOREST

284 Views

Demat

Le nouveau kits de tests aquaforest arrive sur le marché a petit prix

A l’intérieur on y trouve :

  • Un kit d’instructions en papier (en 7 langues)
  • Une instructions d’icône de la preuve de l’eau
  • 3 bouteilles de b-Ca-pour garder votre kit d’essai toujours frais et précis
  • Une solution de référence
  • un Certificat de test du pic-Oes.

 

Bientôt dans tous les magasins

Kenavo

LE REEF OF BELON D’AVRIL 2017

333 Views

Demat

Des nouvelles du bac, je n’ai pas pu vous en dire au mois de mars car il y a eu des soucis sur le bac. Pour commencer quand j’étais à l’étranger, un des oscillateur est tombé en panne, j’ai perdu quelques belles pieces a cause du brassage, depuis j’ai commander une grosse pompes de brassage (tunze 6255). et Puis le turn’over du bac qui n’avait pas assez d’eau en retour du sous sol, j’ai commander un red dragon de 24 m3, (j’en parle ici).

Maintenant les coraux sont en chair et en bonne couleur, ca repousse aussi

sur la maintenance du bac, ca n’a pas changer toujours sous le protocol et sel aquaforest.

et comme toujours une galerie photos (cliquer sur les images pour les agrandir)

 

Et une vidéo hd (paramètre 1080)

Kenavo

 

 

Jebao pompe doseuse DP4 (Manuel en français):

2453 Views

Demat

une vidéo du mode d’emploi de la pompe doseuse DP4 de chez jebao

Réglage date et heure

Accéder par le menu en appuyant 2 fois sur le bouton « ENTREE »
Régler avec les flèches et appuyer sur « ENTREE » pour valider.

Amorçage

Flèche droite ou gauche.
Choisir la pompe avec les flèches puis « ENTREE » pour valider le choix de la pompe à amorcer.
Appuyer à nouveau sur « ENTREE » puis relâcher lorsque la pompe est amorcée.

(J’ai utilisé cette fonction pour rincer les pompes lors de la première mise en service)

Calibrage

Flèche du haut.
Choisir la pompe avec les flèches puis « ENTREE » pour valider le choix de la pompe à calibrer.
Flèche haut pour démarrer.
Puis flèche haut pour stopper lorsque la pompe à débité 100 ml.
Appuyer sur « ENTREE » pour valider.
La pompe est calibrée.
Faire de même pour les autre pompes. La calibrage s’effectue avec un récipient gradué et avec le liquide qui sera utilisé.

Programmation

« ENTREE » pour accéder au menu
Flèche pour sélectionner « SET PROGRAM »
« ENTREE » pour valider
Choisir la pompe.
« ENTREE » pour valider
Choisir le nombre d’ajout/jour. (De 0 à 24)
« ENTREE » pour valider
Choisir l’apport au quotidien ou en intervalle.
« ENTREE » pour valider (« 0 » pour tous les jours)
Choisir le volume de l’apport en ml
« ENTREE » pour valider
Choisir l’heure de mise en route
« ENTREE » pour valider
« ESC » pour terminer.
Faire de même pour les autre pompes.

Kenavo

En Australie, la Grande Barrière de corail plus que jamais menacée

240 Views

Article : http://www.liberation.fr

Les coraux ont subi pour la seconde année consécutive un épisode de blanchissement. En cause : le réchauffement climatique et l’industrie charbonnière.

Les coraux de la Grande Barrière subissent d’inquiétants blanchissements. Photo AFP

 

L’un des «joyaux du patrimoine mondial», selon les termes de la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, se porte très mal. Pour la deuxième année consécutive, les récifs de la Grande Barrière de corail en Australie ont subi un phénomène de blanchissement sans précédent. Et pourraient ne jamais s’en remettre. Le 16 mars, une quarantaine de scientifiques avaient déjà tiré la sonnette d’alarme dans la revue Nature, appelant à «une action urgente et rapide». Leurs craintes sont désormais confirmées par des observations aériennes de ce site.

 

En cause : le changement climatique. «Quand la température moyenne de l’eau dépasse 31°C, on a un stress sur le corail qui provoque un blanchissement. Il expulse l’algue qui vit en symbiose avec lui, agonise et finit par mourir», explique Serge Planes, directeur de recherche au CNRS et directeur scientifique de l’expédition Tara Pacific. Autre conséquence du réchauffement : l’acidification de l’eau, qui va provoquer «une diminution de la calcification des coraux», ajoute le chercheur. La dégradation menace tout un écosystème marin. Longue de 2 300 kilomètres, la Grande Barrière de corail concentre en effet 400 espèces de coraux, 1 500 espèces de poissons et 4 000 espèces de mollusques, selon l’Unesco.

En avril 2016, 93% des coraux de la Grande Barrière présentaient des signes de blanchissement, alertaient les chercheurs de l’université James-Cook de Townsville (dans le nord-est de l’Australie). 22% sont morts durant l’été austral. Un épisode aggravé cette année-là par le phénomène climatique «El Niño», qui se produit tous les cinq à sept ans et est marqué par un réchauffement des eaux du Pacifique.

«Cette année, nous assistons à un épisode de blanchissement très marqué alors même qu’El Niño ne sévit pas», a expliqué Terry Hughes, de l’université James-Cook. C’est la quatrième fois que la Grande Barrière de corail connaît un épisode sévère de ce type, après ceux de 1998, 2002 et 2016. Le réchauffement climatique n’est pas la seule cause : les exploitations agricoles, le développement industriel, et la prolifération des acanthasters, ces étoiles de mer dévoreuses de corail, affectent les récifs. Ils ont également souffert du passage fin mars du cyclone Debbie, le plus violent depuis plusieurs années dans la région. En trente ans, la Grande Barrière a déjà perdu la moitié de ses coraux.

Pour James Kerry, biologiste à l’université James-Cook, la situation est critique : «Il faut au moins une décennie pour le rétablissement total des coraux qui grandissent le plus viteAlors deux épisodes graves de blanchissement, à douze mois d’intervalle, font que les récifs endommagés en 2016 n’ont aucune chance de se rétablir.»

«On est sur deux événements successifs, qui entraînent une mortalité importante. La question qui se pose aujourd’hui porte sur la capacité du corail à reprendre, nuance Serge Planes. C’est relativement mal connu pour le moment puisqu’on n’a jamais eu d’événements successifs aussi importants.»

Charbon vs corail

En mai 2016, le Centre pour la science du système climatique (ARCCSS), un organisme financé par le gouvernement australien, estimait que la Grande Barrière pourrait disparaître dici une vingtaine dannées, si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas fortement réduites. L’Australie, premier exportateur mondial de charbon, a bien ratifié le 10 novembre 2016 l’accord de Paris sur le climat, par lequel 195 pays signataires se sont engagés à contenir le réchauffement «bien en deçà de 2°C», voire de 1,5°C. «Cette ratification confirme l’objectif ambitieux et responsable de l’Australie qui est de réduire en 2030 ses émissions de 26% à 28% en dessous de leur niveau de 2005», s’était félicité dans un communiqué le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull.

Pourtant, le pays continue dans le même temps de soutenir de nouveaux projets dans les énergies fossiles. Le gouvernement fédéral et celui de l’Etat du Queensland ont donné leur feu vert à la construction de la mine géante de Carmichael de l’indien Adani à proximité de la Grande Barrière. Le projet, estimé à 16,5 milliards de dollars australiens (plus de 11,6 milliards d’euros), est destiné à produire chaque année 60 millions de tonnes de charbon thermique à destination de l’Inde. Sa combustion entraînera l’émission de 130 millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année, soit 20% de plus que les émissions annuelles de la ville de New York.

Impact sur le tourisme

La Grande Barrière est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. En 2015, l’Australie a évité de justesse une inscription du site sur la liste du patrimoine mondial en danger. Pour l’ONG Earthjustice et le cabinet Environmental Justice Australia, la barrière remplissait pourtant cinq des huit critères fixés par l’Unesco pour en faire partie. L’Australie a depuis fait quelques efforts en interdisant le déversement des déchets du dragage sur son parc marin. Le pays s’est également engagé à consacrer plus de 2 milliards de dollars australiens sur dix ans.

En mai 2016, Canberra a demandé à l’Unesco de supprimer tout un chapitre consacré à la Grande Barrière dans un de ses rapports intitulé «Patrimoine mondial et tourisme dans le contexte des changements climatiques», qui recensait 31 sites menacés dans le monde. «L’expérience récente de l’Australie a montré que des commentaires négatifs sur le statut des sites inscrits au patrimoine mondial avaient un impact négatif sur le tourisme», se justifiait alors le ministère de l’Environnement australien dans un communiqué, alors que la Grande Barrière de corail attire chaque année près de 2 millions de visiteurs. Une raison qui pourrait pousser le pays à adopter davantage de mesures pour protéger son site classé. En juin 2016, une étude du think tank Australia Institute, intitulée «Great Barrier Bleached», montrait que le blanchissement provoqué par le changement climatique risquait de faire perdre à la région un million de touristes par an et 10 000 emplois dans le secteur.

Estelle Pattée

 

%d blogueurs aiment cette page :