Maladie : Comment traiter la Cryptocaryon irritans

Demat

La Cryptocaryon irritans ou la maladie du point blanc est surement la maladie la plus courante chez les poissons tropicaux marins, tout comme l’Ichthyophthiris multifiliis (point blanc), est son pendant chez les poissons d’eau douce. Cette infection est heureusement facilement reconnaissable à la présence de point blancs caractéristiques sur la peau, les nageoires et les branchies. Au début, seul quelques points blancs, disséminés sur le corps, apparaissent. Ils se multiplieront par la suite et envahiront massivement les poissons.

Cette infection se manifeste la plupart du temps après une modification radicale (temporaire) de la qualité de l’eau ; une surchauffe ou un refroidissement de l’aquarium ou d’une coupure d’électricité ; un refroidissement brutal ou des fluctuations de température trop importantes dans la pièce ou se situe l’aquarium (phénomène caractéristique au printemps ou a l’automne) ; un taux d’ammoniac, de nitrite ou de nitrate élevé ; un ph ou un taux d’acidité trop faible ; etc. Bref, d’innombrables facteurs peuvent affaiblir nos poissons et le rendre sensible à un parasite tel que le Cryptocaryon irritans, presque toujours présent dans l’eau de l’aquarium.

En plus des points blancs caractéristique, le poisson présente parfois une surproduction de mucus, des yeux vitreux, un effilochement des nageoires ; une infection bactérienne secondaire, accompagnée d’une pourriture des nageoires et de la nageoire caudale ainsi que des taches rouges et/ ou claires sur la peau.

Comme le parasite choisit souvent les branchies comme le lieu de primo-infection. Vu que les cellules branchiales sont irritées, le poisson ira se frotter l’opercule contre le fond, les coraux etc. en même temps, le poisson malade peut se tenir ou dans le courant de résurgence du filtre, parfois il se couchera sur le fond.

Un morceau de peau ou de branchie agrandi 100x sous un microscope permettra de reconnaitre facilement les parasites foncés, grands, sphériques ou conique.

Le point blanc ou forme adulte du Cryptocaryon irritans se nomme trophonte. Ce trophonte, une fois mature, tombera du poisson et s’encapsulera. Par la suite, ce point encapsulé, ou tomonte, se divisera en une multitude de cellule-sœurs (+/-200). Celles-ci développeront à leur tour et deviendront de petits organisme ciliés (taille 35-50µ), appelés tomites, se dispersant rapidement à la recherche d’un nouvel hôte. Ils iront alors s’ancrer dans les téguments et dans les branchies de l’hôte et prendront la forme caractéristique de points blancs adultes. Ils mourront inévitablement si, dans les 24h, ils n’ont pas trouvé d’hôte pour les accueillir. Lors de traitement, ce sont surtout les tomines en phase libre essaimantes qui sont éliminés.

 

un acanthiride infectés par la Cryptocaryon irritans

un acanthiride infectés par la Cryptocaryon irritans

Les traitements qui marche:

 

Hypo salinité -. L’aide d’un réfractomètre, maintenez la salinité à 11ppt à 12ppt jusqu’à 4 semaines après le dernier spot a été vu. (à environ 1,008 à 1,009). Remonter lentement la salinité et observer les poissons pendant 4 semaines. Il est difficile de contrôler le pH et la qualité de l’eau pendant le traitement, mais cela est le traitement le moins stressante pour le poisson.

 

Traitement de cuivre – Suivre les recommandations de médicaments. Ceci peut être efficace en 2 à 4 semaines de traitement. Après le traitement, enlever tout le cuivre et observer les poissons pendant 4 semaines. Le cuivre est un poison pour les poissons et crée un certain stress et n’est pas compatible sur un bac avec des coraux

 

La méthode de transfert – Les poissons sont déplacé dans un bac hôpital pour recevoir un traitement a base de cuivre

 

Ce sont les seuls 3 traitements connus qui marche a 100%. D’autres produits chimiques tueront la Cryptocaryon irritans parasite, mais seulement dans des conditions particulières qui ne sont pas bon pour le poisson. Certains produits chimiques ne pourront tuer quelques-uns des organismes, laissant les autres échappent à la mort pour aller à multiplier et à infecter.

 

Question diverse : Observations, réclamations et mythes:

 


Certains poissons semblent plus sensibles que d’autres.

Cela est vrai. Leurs corps muqueux sont réduits en épaisseur et en composition.


La Cryptocaryon irritans s’en va.

Ce n’est certainement pas vrai. Alors que Cryptocaryon irritans est visible uniquement à un stade de son cycle de vie si elle a été une fois vu, il n’a pas disparu, ce n’est pas visible à l’œil nu.


Elle s’en va avec une potion magique « Compatible récifal».

Ce n’est pas vrai; nous souhaitons tous que ca marche. C’est l’un des plus grands et les plus «dangereux» des fausses déclarations dans le hobby. L’aquariophile pense que tout est bien quand il n’est pas. Qu’est-ce qui s’est passé en général, c’est que le parasite a tué le poisson, il est capable de tuer et le reste qui ont développé une résistance ou immunité. Le parasite est encore dans l’aquarium, l’infection branchiale des poissons ne peut pas être vue. Environ 40% des poissons semblent en mesure de développer cette immunité.


Elle a disparu alors quand un nouveau poisson est ajouté, il est de nouveau là.

Ce n’est pas vrai. La Cryptocaryon irritans n’a pas vraiment disparu ou les nouveaux poissons ont amenés la maladie avec elle. Un nouvel ajout à un aquarium peut être la contrainte qui déclenche les autres poissons de réduire leur défense ou de l’immunité, ce qui permet au parasite où l’infection est de nouveau visible à l’aquariophile.


Le poisson a vécu la dernière épidémie mourut au cours de la deuxième ou troisième épidémie.

Cela peut être vrai. Le poisson a une résistance ou immunité qu’elle a perdue.


La Cryptocaryon irritans peuvent «traîner» presque inaperçue avec juste un endroit du corps et puis parce qu’elle réside souvent dans les branchies.

Cela est vrai.


L’aquarium a toujours Cryptocaryon irritans.

C’est faux. La Cryptocaryon irritans peuvent être tenus à l’écart d’un aquarium. Une quarantaine, tous les poissons, roche, sable, éponges, sont soumis a une quarantaine avant d’entrer dans l’aquarium.


Les poissons ont toujours Cryptocaryon irritans.

Faux. Les poissons sauvages apparaissent souvent à un taux d’infection de 30% (ou plus), mais les poissons sauvages survivent infections mineures.


Un poisson ne peut pas être fait pour être totalement débarrasser de Cryptocaryon irritans

Faux. Tous les poissons de mer peuvent être guéri et débarrassé de l’infection


Juste bien nourrir les poissons et / ou nourrir a l’ail et tout ira bien.

Ce n’est pas vrai. Nutrition, aliments, vitamines, etc. ne guérit pas un poisson infecté. Un poisson infecté est malade et est torturé par les démangeaisons et l’inconfort. Il peut passer à travers et d’acquérir une résistance ou une immunité mais le poisson est parasité.


Un nouveau traitement a été découvert. Très peu probable. Si l’aquariophile pense qu’ils ont trouvé un nouveau remède, alors il a étudié et testé indépendamment. C’est facile et pas cher. S’il est aussi bon que les méthodes ci-dessus 3 éprouvées puis les vétérinaires professionnels, des aquariums privés et publics, les exploitations piscicoles, et je l’utilise. L’aquariophile doit garder le point de vue de l’effet dévastateur que ce parasite, mais à l’ensemble de l’industrie de la pisciculture. Toute nouvelle façon de traitement de 100% fera les gros titres!


Si le Cryptocaryon irritans ne peuvent pas toujours être détectés, alors pourquoi s’embêter avec une procédure de quarantaine?

Dans les limites d’une petite quarantaine, pas moins de 6 semaines, le Cryptocaryon irritans parasite le poisson et l’affaiblis et les poissons ne doit pas sortir et être réinfecté. D’autres termes, la procédure de quarantaine, le parasite rendra visible à l’aquariophile. Lorsque cela se produit, le traitement est approprié avec l’un des trois traitements approuvés. (Voir chapitre traitement)


UV et / ou l’ozone tue Cryptocaryon irritans.

L’ozone ne tue pas tous les parasites qui passent à travers, ni l’eau traitée à l’ozone tuent les parasites. UV pareil mais peut aider à prévenir une «floraison» des parasites. L’UV n’est pas un remède, ni une mesure préventive pour Cryptocaryon irritans.


Toutes les taches sont Cryptocaryon irritans

Faux. Probablement l’une des causes les plus problématiques pour les rumeurs et «mythe de l’information » de notre hobby est à supposer qu’une tache est Cryptocaryon irritans.


J’ai mis les poissons pour 2 semaines en quarantaine chez mon poissonnier et je ne les ai achetés en bonne santé et pas de Cryptocaryon irritans visible. Puis je les mettre dans mon bac.

Tout d’abord, deux semaines n’est pas assez long. Deuxièmement la plupart des animaleries ont des cuves communes, si les nouveaux arrivants dans des cuves communes, l’horloge est effectivement remis à zéro.

 

 

Ce parasite est vraiment une plaint en récifal et certain sont même dégouter de perdre leurs poissons en 48 heures et jette l’éponge, j’espere que ce pargraphe vous aidera a mieux comprendre et a combattre ce fléau

 

Source : livre maladie des poissons marins en aquarium – gerald bassleer

Adaptée par fredeau

2 Comments

on “Maladie : Comment traiter la Cryptocaryon irritans
2 Comments on “Maladie : Comment traiter la Cryptocaryon irritans
  1. Bonjour.

    Un traitement efficace contre le crypto : le Trimazin sous ordonnance vétérinaire à raison de 1g/100l sans risque pour les invertébrés. Par contre à la fin du traitement il faut réensemencé le bac en bactérie.
    C’est un antibiotique à large spectre.
    Vous trouverez sur le net plus d’infos et de retour sur ce produit qu’il ne faut pas confondre avec Trimarin.

    En plus des autres méthodes décrites dans cet article.

Laisser un commentaire