Archives de catégorie : Articles

Oligo-éléments, les effets potentiels sur la couleur et de Coral zooxanthelles

906 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjours

Un articles copié sur le net:

oligo

Photo par Eric Lafforgue et article de Eric Michael

Je me suis récemment posé quelques questions concernant les oligo-éléments et de mon schéma posologique. Je ne suis pas totalement prête à faire part de cela, mais voici quelques divagations de ce dialogue initial. Dana Riddle a un article à venir sur les oligo-éléments et de coloration des coraux que nous devrions tous être trop impatient.

Si un paramètre de Nouvelle-Galles du Sud, près de sel est utilisé, les oligo-éléments peuvent être reconstituées par de fréquents changements d’eau. Mais sont-ils reconstitué à un niveau adéquat? C’est extrêmement difficile de répondre à cette question et varient d’un réservoir à cuve. Oligo-élément doit être plus basé sur l’utilisation par les organismes et le retrait par filtration. (Pour plus d’informations sur cette voir Randy Holmes-Farley de la pièce sur la Basse Soluble métaux)Essais de ces niveaux à un niveau amateur est une merde et pousse à un niveau professionnel, il est cher. Pour cette raison, beaucoup optent pour le mantra « , si vous ne pouvez pas le tester, ne pas en ajouter. »

Avec la vague de dosage du carbone (par exemple Zeovit) et la récente popularité de la méthode Balling, nous commençons à voir une augmentation des compléments en oligo-éléments par des aquariophiles de rechercher la meilleure coloration dans leurs coraux. (Plus d’infos sur la méthode Balling ici.) La plupart des informations sur les avantages de ces oligo-éléments est strictement anecdotiques, par exemple, le fer accroît les verts et de l’iodure de potassium améliore blues. Toutefois, certaines des informations relatives à l’allègement effet que certains éléments (par l’intermédiaire de l’expulsion des zooxanthelles) est bien documentée par la littérature scientifique.

xanxotelle

Pourquoi aquariophiles veulent l’expulsion deszooxanthelles? C’est une question accablant. Pour l’esthétique, moins d’algues zooxanthelles dans le tissu de Acroporids résultats en augmentation de coloration. Le terrible « brun » est généralement causée par les coraux des algues symbiotiques zooxanthelles. Si cela est enlevé sous les pigments peut montrer mieux … ou, dans certains cas, la palette allégée offre un meilleur contraste. Purple sur blanc ou brun violacé sur?

À un moment, un test a été effectué sur la propriété d’un liquide qui a causé supplément d’alléger les tissus des coraux afin de renforcer la coloration. On suppose qu’il a été constaté à contenir du cuivre. Certains cas surpris par cela, et de peur, car la toxicité de nous associer avec le mot. Le cuivre est connu pour être mortel pour inverse et en double dans le traitement de Cryptocaryon, alias ick.Toutefois, le cuivre est un oligo-élément que l’on trouve dans l’océan, et, corrélativement, de façon synthétique dans les mélanges de sel. Little aquariophiles ne sais plus, bon nombre des «intrants» que nous ajoutons à notre réservoir, tels que la nourriture pour poissons, peuvent contenir du cuivre. Cuivre et autres métaux sont également intégrés de protection anti-oxydant des enzymes dans les tissus des coraux.

L’allégement que ce produit contenant du cuivre est, ne devrait pas être une surprise pour les scientifiques dans le domaine. De nombreuses études ont été menées sur le blanchiment d’effet que les métaux lourds peuvent avoir, comme le cuivre et le zinc. La plupart d’entre eux ont été effectués afin de tester l’effet de pollution sur les récifs coralliens. Le fait d’ajouter aquariophiles sont ce que beaucoup considèrent un polluant est ironique et dérisoire, mais elle soulève également les implications éthiques. Est « anormalement » coloration de modifier une bonne chose, quelque chose qui devrait s’efforcer d’aquariophiles? C’est à vous d’en décider, mais digne de considération.

Retour en 1989, une étude a révélé des niveaux de toxicité du fer Porites lutea [Abstract ici], mais depuis, il semble de plus l’accent a été mis sur le cuivre et le zinc. [Sidenote, je suis tombé sur cette intéressante étude explique que les bandes orange dans les squelettes de coraux morts souvent dans des poissons de corail vendu seulement le décor. Dans mes premières années dans le passe-temps, je demande toujours!]

En 1997, Ross Jones de l’Université James Cook dans le Queensland en Australie a réalisé une étude intitulée, comme une perte de zooxanthelles bioessai pour évaluer le stress des coraux. Je crois que cela a été la première étude que j’ai lu vraiment cycle que s’est manifesté mon intérêt pour les métaux lourds ». Dans cette étude, il aborde spécifiquement les effets du cuivre sur les zooxanthelles. Pour ceux qui n’ont pas accès aux bases de données, cela est heureusement disponible en ligne en PDF: Jones 97.

D’elle:

« Conseils de la Direction générale de Acropora formosa Test 1 exposés à 80 mg 1 -1 cuivre à partir d’une tension normale à une couleur brun couleur claire dans les 6 h, et à un réservoir de couleur de lumière par 24h.» (Note, à cette force, le corail est mort .)

« Bleached conseils retourné à la barrière de corail après l’expérience peu à peu retrouvé leur coloration, ce qui suggère la perte des zooxanthelles observé au cours des études était un sublétale réponse. »

Aussi à noter, la libération des zooxanthelles toxicité du cuivre est la plus forte pendant la journée, et a réduit au cours de l’obscurité. Pour Jones, la lumière du jour a été l’expulsion de deux fois plus grand que la nuit. En dépit de cette augmentation rapide au cours de la journée, Jones indique que le taux d’expulsion est toujours inférieur au taux de zooxanthelles produite par la division des cellules, laissant les animaux de résistance à ces stress. Des études antérieures ont montré des résultats similaires à partir de Pocillopora damicornis et Montipora verrucosa.

Une autre étude en 1993, par l’Université de Singapour, a examiné les concentrations de cuivre et de zinc sur les zooxanthelles croissance. Encore une fois, je présente étude, car il est à la disposition du public ici: Cu et Zn sur les zooxanthelles. Cette étude constate que le cuivre et le zinc agir « en synergie dans leur toxicité pour les zooxanthelles. » Sens, en présence de zinc moins de cuivre est nécessaire zooxanthelles pour réduire les taux de croissance (et vice versa.)

Si vous vous demandez comment les oligo-éléments peuvent améliorer ou de modifier la coloration des coraux SPS, prendre un pic au cours de ces deux études.Si vous effectuez une recherche selon des termes tels que « Copper zooxanthelles » dans toute revue scientifique de base de données il ya d’innombrables autres, dont certaines vont dans le rôle de cuivre-zinc superoxidase dismutase, «Cu-ZnSOD ».

Gardez à l’esprit l’expulsion des zooxanthelles n’est pas la seule façon de modifier la coloration des coraux. La qualité de l’eau et l’éclairage jouent également un rôle crucial. La plus grande question que je me trouve à me demander, faut-il expulser les algues symbiotiques des coraux que ces métaux lourds ont besoin de suppléments? Maintenant, il n’ya rien de naturel à maintenir ces animaux dans un Glassbox, mais à quel point devons-nous franchir la ligne … ou avons-nous de franchir la ligne juste avoir un aquarium?

Je suis en train d’expérimenter un peu d’oligo-éléments et certains des résultats sont extrêmement intéressants. La toxicité des métaux lourds semble être très dépendante de corail, ou tout au moins sur la base des Acropora quelques espèces que j’ai expérimenté. Cela est mis en attente pour le moment, comme la semaine dernière, j’ai trouvé AEFW nouveau. Plus d’informations sur le dosage et AEFW à venir.

la reconstruction de récif bio

554 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjour

 

Article du Dr Ari Spenhoff Goreau 

bioreef

Acropora sur Bioreef ™ et par le Dr Ari Spenhoff Goreau

Dans un déménagement pour la conservation des récifs coralliens, Lauderdale By The Sea (LBTS) a reçu l’approbation initiale de mettre en œuvre un unique récif artificiel appelé Biorock ™. LBTS va collaborer avec le Global Coral Reef Alliance pour créer le récif artificiel Biorock ™ qui repose sur un cadre avec des barres d’armature en métal faible courant électrique à travers elle. Le courant électrique pousse les dépôts de minéraux (aragonite) sur le châssis métallique de créer une structure forte et le support pour les coraux. Cela offre un boîtier léger et facile à installer la solution, qui permet à de grandes structures à construire. Comme pour alimenter la structure, il est maintenant fait en utilisant l’énergie solaire!

bioreef

Un grand Biorock ™ structure flottante en Indonésie, Photo Ari Spenhoff

Une fois installés, les coraux sont attachés à la structure par des plongeurs. Il a été noté que Biorock ™ augmente la croissance des coraux rapport des taux de croissance de 3 à 5 fois plus grande que les coraux, dans les conditions normales.Encore plus prometteuse est le lien observé entre l’électrique et de récifs de corail de la mortalité GCRA:

« Restauration de la croissance des coraux dans » impossible « conditions. Dans les Maldives en 1998, seulement 1-5% des coraux ont survécu chaleur causée par le réchauffement de la planète, mais dans les mêmes habitats, 50-80% des coraux sur Biorock ™ structures ont survécu. « 

Peu de recherche scientifique a été fait sur les récifs stimulé électriques, mais celles sur le terrain ont reconnaître ses « capacités ». La technologie a été développée océanographe Dr Thomas Goreau et architecte Wolf Hilbertz, qui sont copropriétaires du brevet sur le récif électriques processus. Le brevet est détenu par Biorock Inc. Et ensuite loué le Global Coral Reef Alliance (Dr. Goreau qui est le président de), puis re-loué à des groupes comme Lauderdale By The Sea.

bioreef

Aragonite couvrant le métal Biorock ™ cadre

La méthode est censée être plus difficile que cela puisse paraître, comme ci-dessus atteste mon généralisation. En partie à cause de l’accumulation indésirable de l’hydroxyde de magnésium, qui fait également sur le cadre métallique avec argonite. L’hydroxyde de magnésium, le nuage blanc que vous voyez après l’ajout de carbonate de sodium ou de bicarbonate de deux partie, est une substance molle qui n’est pas souhaitable en tant que substrat des récifs. Cette question est soulagée par le biais de modifications apportées à la sélection actuelle en passant par le métal.

Quant à Fort Lauderdale, il ya la possibilité de nouvelles difficultés à venir, elles doivent obtenir la permission de la région du département de la protection de l’environnement et la gestion de la croissance avant de construire et d’installer le métal récifs. Si cela passe par, nous devrions voir un panneau solaire électrique récifs dans les eaux Floridian bientôt.

test complet sur différent type d’éclairage

628 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjour

A beaucoup de désinformation autour de  l’éclairage sur l’ aquarium récifal. Heureusement, nous avons PAR mètres et spectromètres qui fournissent des preuves objectives à l’autre sage extrêmement subjectif preuve aquariophiles utilisent pour réclamer des lampes, des ballasts et des réflecteurs mieux qu’une autre. Voici les 3 sites, vous devriez savoir au moment de l’aquarium récifal l’éclairage des décisions et des changements.

1) Advanced aquariophile: Merci à Dana Riddle et Sanjay Joshi, il est de plus amples informations concernant l’éclairage et les coraux à ce magazine en ligne que partout ailleurs. Voici quelques pages d’une valeur de référence en signet:

2) Les récifs Manhattan / Sanjay Joshi’s Lighting Guide: Prendre la quasi-totalité des travaux Sanjay a fait et de le consolider en un seul endroit facile à utiliser et vous avez le guide de l’éclairage aux halogénures métalliques. La navigation facile à utiliser vous permet même de comparer les bulbes les uns contre les autres. Voir la section des articles pour une liste complète de l’éclairage Sanjay travail.

3) Essais T5 / Le Grim Reaper: Grim T5 a testé d’innombrables combinaisons de lampes et ampoules. Il ya beaucoup d’informations sur l’origine RC Q & A du fil, mais la majorité est résumé sur sa page d’essai T5:

A+

les liens, blog, forums récifal et page facebook

6 727 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les blogs des amis 

le blog de piranha :http://piranha92.canalblog.com/

DaniReef http://www.danireef.com/

Le blog de jl59 : http://jla59.wordpress.com/

Le blog de canned-fish : http://canned-fish.over-blog.com/

Le blog de récifchristophe : http://recifchristophe.over-blog.com/

Le blog de ricky : http://rickysreef.blogspot.fr/

Le blog de rudyv : http://www.rudyv.be/

Le blog de sabine : http:/https://reefs.com/lebacasab.canalblog.com/

Le blog de zebra44 : https://sites.google.com/https://reefs.comsite/zebrasmallreef/news

Le blog de pharmareef : http://pharmareef.over-blog.fr/

Le blog de legolas : http://legolas59600.wordpress.com/

Le blog de daniel  knop : http://www.knop.de/

Le site de denisio : http://dtournassat.free.fr/

Le blog de juldelf : http://www.juldelf-reef.com/

Le site de Mars reefkeepers : http://mars.reefkeepers.net/default_fr.html

Le site de Eddie : http://eddie-coral-adventures.blogspot.fr/

Mr captif : http://mrrecifcaptif.fr

Les forum récifal

Cap récifal : http://www.cap-recifal.com/page/index.html

Forum récifal finisterien : http://www.forum-recifal.com/

Forum du 44 : http://www.recifalouest.fr/phpBB3/app.php/portal

Réservoir Récifal : http://www.reservoir-recifal.com 

Marin 86http://www.marin86.com/portal

France nano recifhttp://www.francenanorecif.fr

Reef actionhttp://www.reefaction.com/nosforums/

Re6fal : https://www.re6fal.com

Aqua35http://aqua35.actifforum.com/f36-mon-installation-d-eau-de-mer

Reef2reefhttps://www.reef2reef.com

Reefcentralhttp://www.reefcentral.com/forums/index.php

Recifal francehttp://www.recifal-france.fr

Les magasines onlines

http://www.advancedaquarist.com/

http://reefbuilders.com/

http://www.reefkeeping.com/joomla/index.php/reefkeeping-blog

http://fr.reeflex.net/

https://recifalnews.fr

Les vpciste vente de coraux

Aquaplum’coraux : http://www.aquaplumcoraux.com/coraux_nouveautes.php#contenu

Biocorail : http://www.biocorail.fr/

Blue ring aqua : http://www.bluering-aqua.com/

coral biomehttps://www.coralbiome.com/coraux-produits-materiel-aquarium-recifal/

Fauna marin : https://www.faunamarin.de/tiere/

Les vpciste vente de materiel

Le monde de la mer : http://www.lemondedelamer.com/fr/

Aqua store : http://www.aqua-store.fr/

Oceanstore : https://www.oceanstore.fr

Aquafair : http://www.aquafair.de

Aqua 2004 : https://www.aqua2004.de/?MODsid=e4225ff8b80ca8317ccbcb56b713e98a

Recif art : https://www.reef-guardian.com/boutique/fr/

Zoanthushttps://www.zoanthus.fr

Reefdepothttps://www.reefdepot.be/fr/

Aqualight solution : http://aqualight-solution.com

Mksshop : http://mksshop.de

fish street : https://www.fish-street.com

Eclairages à LED pour aquariums : http://www.alpheus-aquarium.com/

Le site de fauna marin : https://www.faunamarin.de/technik-meerwasseraquaristik/

Photometre a pas chere : http://www.eseasongear.com/

Poisson d’or : http://www.poisson-or.com/

Reefshops : http://www.reefshops.com/

Satisled l’univers de la led : http://www.satisled.com/

Les pages Recifal de facebook 

Ma page : https://www.facebook.com/leblogdefredeau/

Récifal finistere : https://www.facebook.com/groups/954509614723914/

Reef planet : https://www.facebook.com/groups/1940893086225365/

Recifal bretagne : https://www.facebook.com/groups/recifalbretagne/

Recifal ouest : https://www.facebook.com/groups/185046942049352/

Breizh récif : https://www.facebook.com/groups/492031807850110/

Au centre du recif : https://www.facebook.com/groups/1551066945158663/

Aquarécif : https://www.facebook.com/groups/Aquarecif/

Recifal a la maison : https://www.facebook.com/groups/recifalalamaison/

Reef’n geek : https://www.facebook.com/groups/reefnoob/

Les acros du recifal : https://www.facebook.com/groups/1673580772858444/

Aquarium recifal ma passion : https://www.facebook.com/groups/206258076580005/

French reef water : https://www.facebook.com/groups/2027168794195099/

Aquareef noe : https://www.facebook.com/groups/181797368680779/

ReeF ‘N ‘GeeK Belgium : https://www.facebook.com/groups/1864743530503868/

Les vrais amis reefeux : https://www.facebook.com/groups/149327038977819/

REEF35 – Récifal Ille et vilaine – grand ouest : https://www.facebook.com/groups/reef35/

FAUNA MARIN : https://www.facebook.com/groups/1490705804549503/

Reef Tank ParadiseThe Reefers World : https://www.facebook.com/groups/549868775164515/

Aquaforest France : https://www.facebook.com/groups/180421798972974/

Aquaforest Group : https://www.facebook.com/groups/1490485151247025/

 

Mise a jour : 19 juillet 18 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ocean Passion On The Road le premier magazine visuel

668 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjour 

Un listing des dvd « Océan-Passion On The Road » le premier magazine vidéo mensuel sur DVD intégralement dédié à l’aquariophilie marine et récifale.

Vous trouverez la boutique sur : http://boutique.opontheroad.com/ 

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°1

Au sommaire de ce numéro 1, une des plus belles tranches de récif de France, tant en qualité qu’en diversité : le bac, ou plutôt les bacs de Bachir, en région parisienne…

Concernant la maintenance, dans la rubrique « A propos de bactéries, de microfaune, de nitrates et de phosphates », Alain, océanographe de son état, et qui nous vient de l’aquaculture, nous éclaire sur l’équilibre biologique d’un bac…

Pour conclure, de peur d’être traîné devant les tribunaux pour « non-assistance à aquariophiles en danger », OP On The Road, vous propose la rubrique : « Pour en finir une bonne fois avec les réacteurs à calcium » où, le même Alain, nous dit tout sur les réglages fins de cette machine aussi géniale que cauchemardesque…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°2

Au sommaire de ce numéro 2 un reportage au titre certes peu racoleur mais comment trouver un aquariophile assez inconscient pour oser succéder au bac de Bachir du N°1. Mon bac est donc devenu la victime toute désignée pour ce numéro un peu particulier. Quand vous avez la chance d’avoir capturer un océanographe passionné d’aquariophilie la sagesse conseille de ne plus le relâcher, donc concernant la maintenance, Alain, toujours le même, nous parle cette fois des refuges et de leur influence plus que bénéfiques sur les paramètres de l’eau.

Difficile justement de parler de paramètres d’eau sans aborder le thème des supplémentations. Vous savez, les acides aminés, l’iode, et autres oligo-éléments, que certains dispensent généreusement dans leur bac quand d’autres ne veulent même pas en entendre parler. Nous abordons donc ce grand sujet avec Alain, en guise de conclusion de ce numéro 2 d’OP on the Road.

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°3

Au sommaire de ce numéro 3, un bac superbe, des colonies d’Acropora de tailles impressionnantes et pourtant un reportage au titre surprenant : « La réfection du bac de Pascal ». Rappelez-vous, la question était abordée à la fin du numéro 2 « quand problème insoluble il y a, la réfection complète peut-elle, doit-elle, être envisagée ». Et bien justement, depuis maintenant des mois, presque tous les SPS de Pascal semblent atteints de blanchiments inexplicables, lents mais inéluctables.

Après examen et diagnostique du bon Docteur Alain, alias Nitrobacter, venu au chevet du malade, Malik, René et pascal s’attaquent à la réfection complète du bac… Edifiant !

Pour conclure ce numéro 3, la question étant justement abordée dans le reportage précédent, nous interrogeons un professionnel, Fabrice Ortin, sur les Roches Vivantes, leur utilité, la polarité et le ratio conseillé…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°4

Pour ce N°4 d’Ocean-Passion on the road, cap au Nord-Est, En Belgique, en région flamande, où nous accueille Freddy de Gendt à qui ce numéro est intégralement dédié… Freddy est plus que connu, à juste titre, par la plupart des néerlandophones, des germanophones et de plus en plus également par les francophones. Considérant, qu’il pratique l’aquariophilie d’eau de mer depuis une trentaine d’année, que son bac récifal actuel tourne depuis près de 9 ans, que l’homme est accueillant, peu avare de conseils et toujours aussi curieux quant aux progrès et perspectives d’avenir de notre passion, cela n’a rien d’étonnant…

Donc, soyez les bienvenus chez Freddy…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°5

– Aux abords immédiats du Léman qui héberge, fait surprenant, un récif corallien particulièrement coloré et en bonne santé, à savoir le bac de Samuel.
Nous cherchons toujours à comprendre comment les coraux poussent si vite chez lui.

– Afin de rester un peu sur le même sujet, nous renouons avec les « opus » d’Alain, alias Nitrobacter, qui nous parle cette fois de l’alimentation des coraux, des non-symbiotiques bien sûr, mais aussi des photosynthétiques.

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°6

-… Pour ce numéro 6 d’Océan-Passion On The Road, où tous ces bacs d’eau salée doivent faire remonter peu à peu la densité du Léman. Nous sommes accueillis cette fois pas Cédric… Comme d’habitude ici les coraux semblent en pleine forme, pourtant Cédric avoue un goût prononcé pour les poissons et pas toujours pour ceux que la littérature aquariophile classe parmi les plus « reef-safe »…
Pour notre plus grand plaisir !

– Ensuite, nous rejoindrons Alain pour un sixième « Opus » assez dense que nous aurions pu intituler « Pour en finir une bonne fois avec les nitrates et les phosphates » tant la question est cette fois abordée dans le détail.

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°7

– D’abord parce qu’on y est bien, et puis, parce que nous ne pouvions pas quitter le territoire sans passer chez Dominique, nous éloignant cette fois du Léman pour nous rapprocher de Fribourg. Des coraux incroyablement colorés et, de plus, une méthode de maintenance vraiment hors normes…

– Ensuite, Alain, toujours le même, consacre un « Opus » à l’acclimatation des poissons…

– Et, en guise de conclusion, nous nous autorisons une petite digression/réflexion avec Fabrice Ortin autour des concepts de Commerce Equitable et de Développement Durable appliqués à l’aquariophilie d’eau salée.

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°8

Retour en France pour ce numéro 8 d’Océan-Passion, On The Road, où la Seine-et-Marne est à l’honneur ! D’abord chez Laurent qui nous accueille pour « le bac du mois ». une maintenance dite traditionnelle, de superbes colonies de SPS et des poissons en pleine santé. Bref, un bac que tout le monde rêverait d’avoir…

Toujours en quête de biologistes communicants, nous avons capturé dans nos filets Laeticia, alias Leth, Au menu, un premier « Opus » consacré à l’Evolution et plus particulièrement au concept des animaux colonisateurs et des animaux compétiteurs… Passionnant !

Pour finir, un petit clin d’œil à tous ceux qui se sentiraient découragés après « un coup dur récifal », avec un retour chez Bachir (voir N°1) et son bac à LPS…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°9

Cap au Sud/Sud-Ouest pour ce numéro 9 d’Océan-Passion, On The Road, où Denis nous attend à Montauban… Au programme, des coraux, toujours plus de coraux et des poissons parfois hors du commun. Et puis beaucoup de réflexion quant à la maintenance réussie d’un bac récifal…En deuxième partie, nous retrouvons Laetitia, alias Leth, pour un nouvel « Opus », toujours consacré à l’Evolution et à l’Adaptation, mais plus particulièrement axé cette fois sur les concepts de « stabilité » dans la maintenance de nos bacs et sur la différence entre les coraux de mariculture et les coraux d’aquarioculture…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°10

Etape au Mans pour ce N°10 d’Océan-Passion On The Road où Gwen nous accueille. Un bac aux dimensions hors-normes, un décor épuré et des failles qui ressemblent vraiment à des failles. Loin des « 24 heures » chères à la ville, cet arrêt au stand zen du bac de Gwen nous permet de faire le plein d’idées…

Ensuite, Alain nous offre un huitième opus, cette fois intégralement dédié aux acides aminés. Comment et pourquoi les employer en récifal, un tour d’horizon assez complet sur un mode de supplémentation qui fait couler beaucoup d’encre.

Et puis un troisième opus de Leth, toujours dans le cycle Evolution/Adaptation, dédié cette fois aux interactions entre espèces, avec une première partie consacrée au concept de symbiose…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°11

Cap à l’Est pour ce N°11 d’Océan-Passion On The Road. En Meurthe et Moselle plus précisément, où Sylvain nous accueille pour « le bac du mois ». Des coraux étonnamment colorés et pourtant le bac est éclairé par des HQI de 250 Watts et des tubes T5. Preuve s’il en est qu’une maintenance régulière et rigoureuse, pendant des années, peut porter ses fruits…

Et justement, Alain dédie son neuvième opus à la lumière ou « comment mieux éclairer son bac ». Nous parlerons bien sûr de la puissance des sources mais aussi et surtout de la qualité de la lumière dispensée.

Et puis un quatrième opus de Leth, toujours le cycle Evolution/Adaptation avec la deuxième partie du volet consacré aux interactions entre espèces mais cette fois, partant de la symbiose nous aborderons vite le parasitisme, voire la prédation.

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°12 

Rendez-vous dans les Vosges pour ce numéro 12 d’Océan-Passion On The Road où nous visitons l’installation de Serge… A savoir un bac récifal particulièrement sain et équilibré, mais aussi un refuge de plus de 1000 litres… Enfin un ex-refuge puisque ce dernier héberge aussi quelques hippocampes. Pour ne fâcher personne, nous dirons donc « un bac à algues et à hippocampes » !

Puis, nous accueillerons Olivier, encore un biologiste, pour la première partie d’un premier opus consacré aux parasites des SPS. Rançon du nécessaire bouturage, ces derniers peuvent aussi nous compliquer singulièrement la vie. Ce premier volet est donc consacré aux Nudibranches des Montipora. Comment les identifier et surtout comment s’en débarrasser…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°13

C’est dans Gard, entre les Cévennes et la Méditerranée, qu’un autre Alain, cette fois, nous reçoit. Entre un bac récifal, un fish-only et des batteries d’élevage, la mer semble ici atteindre les contreforts des premières montagnes cévenoles. Des coraux, bien sûr, mais aussi des poissons dont la moyenne d’âge avoisine les dix ans.

Puis, pour la deuxième partie de son opus consacré aux parasites des SPS, Olivier traitera cette fois des Planaires des Acropora. Charmants animaux, s’il en est !

Et pour conclure, Alain, toujours le même, fera le point sur les oligo-éléments. En ajouter, en plus de ceux apportés par les changements d’eau ? Pourquoi ? Ou pourquoi pas !

Le sujet méritait un opus à part entière…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°14

C’est dans l’Hérault que nous convie ce numéro 14 d’Océan-Passion On The Road, pour la première partie d’un reportage consacré aux Aquariums du Cap d’Agde.
Une équipe de passionnés y fait tourner depuis plus de 15 ans une vingtaine d’aquariums intégralement dédiés à l’eau salée, froide et chaude.
Fruit d’un travail effectué en étroite collaboration avec des universités et des scientifiques, les bacs tropicaux qui nous sont présentés dans cette première partie sont exemplaires.
Exemplaires sur le plan de la qualité biologique des installations et pour le soin apporté quotidiennement au bien-être des animaux, mais aussi sur un plan purement esthétique, chaque bac étant une vraie portion de récif corallien, à part entière…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°15

Toujours dans l’Hérault pour ce numéro 15 d’Océan-Passion On The Road, pour la deuxième partie du reportage consacré aux Aquariums du Cap d’Agde.
Nous nous intéresserons cette fois aux bacs méditerranéens, tout aussi passionnants que leurs homologues tropicaux mais bien moins souvent abordés. Les poissons et les coraux colorés ne sont pourtant pas absents de nos côtes…
Ensuite, nous retrouverons Alain pour un onzième opus, consacré à la méthode Balling, où nous aborderons dans le détail cet autre mode de supplémentation en Calcium et KH.
Puis, toujours avec Alain, un douzième opus traitera des changements d’eau… Quantité, qualité, fréquence, eau de mer naturelle ou synthétique, autant de sujets souvent survolés mais peu souvent développés…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°16

Retour dans les Vosges pour ce numéro 16 d’Océan-Passion On The Road , où nous accueille l’incontournable Guy Chaumont…
Incontournable, le mot est faible, puisque son bac récifal tourne depuis près de quinze ans !
Loin d’être tourmentés par « le syndrome du vieux bac », ici la plupart des coraux et poissons ont atteint l’âge de raison. Quant à leur soigneur, nous avons bien sûr tous à apprendre d’un récifaliste aussi expérimenté…
Ensuite, nous retrouverons Alain pour un treizième opus un peu particulier, puisque nous y ferons le point sur les diverses machines, résines et substrats, en charge de l’épuration physique, mécanique et chimique de l’eau de nos bacs, en attendant un futur opus dédié à la seule épuration biologique, les deux étant bien sûr indissociables…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°17

C’est en Ile-de-France que nous reçoit Michel pour ce numéro 17 d’Océan-Passion On The Road. Un passionné de poissons, d’Anthias entre autres, qui a su se donner les moyens d’accueillir une population importante tout en maintenant de très bons paramètres d’eau, et bien sûr beaucoup de coraux. Le fait que son refuge et sa cuve technique soient d’un volume équivalent au bac principal n’y est certainement pas étranger…
Ensuite, nous retrouverons Alain, une fois de plus, pour un quatorzième opus un peu particulier ! Finis les refuges à Caulerpes et autres algues supérieures puisque « Nitrobacter » nous explique dans le détail que le pouvoir d’épuration des coraux mous est bien supérieur à celui des algues. Voici donc venu « le temps des refuges à coraux mous » !

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°18

Cap vers la Bretagne, dans le Morbihan plus précisément, où nous reçoit Philippe pour ce numéro 18 d’Océan-Passion On The Road. Un bac de 1500 litres qui tourne depuis une douzaine d’années et accueille quantité de coraux et bien sûr de poissons. Une des particularités, et non des moindres, est que la plupart de ces derniers, y compris les Chirurgiens, y vivent en couples et même en bancs…
Puis un quinzième opus d’Alain… Après un premier volet consacré à l’épuration mécanique, physique et chimique de l’eau de nos bacs, lors d’un précédent numéro, comment demander à un biologiste de passer sous silence la notion d’épuration biologique de nos aquariums. Même si la recherche d’un équilibre durable n’est évidemment pas des plus simples…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°19

Etape à Nantes pour ce numéro 19 d’Océan-Passion On The Road où Pierre nous attend. Un bac « haut en couleurs » chez ce passionné de SPS ! Une maintenance qu’il qualifie de simple mais qui repose pourtant sur une attention et une observation minutieuses de tous ses animaux. Force est de constater que les résultats sont bien au rendez-vous…
Puis un seizième opus d’Alain pour traiter cette fois du magnésium…
Ce pauvre magnésium dont peu de récifalistes parlent et qui nous le fait parfois chèrement payer, au propre et au figuré. Rarement en excès, plus souvent en carence, nous tacherons de comprendre tant son importance que les difficultés rencontrées pour remonter la pente quand ses proportions sont au plus bas dans nos bacs…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°20

Quelle meilleure destination pour ce numéro 20 que le Médoc où Stéphane nous reçoit. Un bac qui mériterait une appellation A.O.C ! Un « cru classé » où poissons et coraux mènent une vie de château ! Mais aussi une maintenance prévoyante et sérieuse qui lui a permis de traverser les tempêtes de l’hiver 2009 et une panne d’électricité de plusieurs jours, sans déplorer aucune perte…
Puis un dix-septième opus d’Alain pour traiter cette fois des Cyanobactéries…
Présentes dans tous les bacs, heureusement souvent invisibles ou discrètes, elles peuvent parfois envahir décor et coraux méritant bien leur surnom de peste rouge ou de peste brune. Pas de miracle malheureusement pour les juguler mais un point assez complet pour tenter de comprendre ce qui peut favoriser leur prolifération…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°20

Cap à l’Ouest pour ce numéro 21 d’O.P On The Road, aux environs de Brest plus précisément où Romuald nous reçoit. Un bac coloré qui tourne depuis 5 ans et dont la mise en route a été mûrement réfléchie. Un récifaliste qui avoue un goût prononcé pour les SPS en forme de plateaux et également pour la conception de matériel puisqu’il a lui-même fabriqué, entre autres, son écumeur et son RAC…

Puis un dix-huitième opus d’Alain avec qui nous ferons cette fois un point sur la maintenance des coraux non-symbiotiques…

Après tous les efforts et les investissements couronnés de succès qui ont entouré ces dernières années l’élevage des coraux hermatypiques, il demeure surprenant que la maintenance des ahermatypiques soit à ce point balbutiante… Surtout quand ces derniers font très certainement partie des plus beaux coraux que nous pourrions maintenir dans nos aquariums…

OCEAN-PASSION ON THE ROAD N°21

Escale aux abords de La Rochelle où Dominique nous reçoit pour ce vingt-deuxième numéro d’Océan-Passion On The Road. Un bac dont la façade est en méthacrylate et mesure 2,50 mètres de longueur pour 1,30 mètre dans la plus grande largeur et qui abrite un décor digne d’un vrai récif corallien. Toutes sortes de coraux y foisonnent offrant aux poissons, généralement en couple ou en banc, autant de territoires et de caches que de quiétude…

Puis un dix-neuvième opus d’Alain qui nous présente cette fois le dernier-né de ses réacteurs à bactéries…

Un système, et surtout un protocole, permettant à la fois de contenir ou d’abattre un taux de phosphate trop élevé mais également d’apporter aux filtreurs et à la microfaune d’un bac ou d’un refuge une manne de bactérioplancton.

Guide de la coloration des sps

3 069 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

 

Bonjour

un article très intérresant sur la coloration des sps 

l’article est traduit par google:

http://www.reefbuilders.com/2008/09/03/guide-of-sps-coral-coloration-make-them-more-vivid-bright/

 

Ce guide tente de vous aider avec la très populaire SPS coraux. Cela a été écrit par les membres et explique Shadowramy des idées et des stratégies dans lesquelles vous pouvez faire pour influer sur la couleur des coraux. Cela suppose que vous avez plus d’une compréhension de base des paramètres de l’eau dans votre réservoir. Cliquez sur le lien pour lire à propos de la lecture dans la coloration des coraux SPS. 

Dans le passé, on m’a demandé beaucoup de corail, ainsi que la colorisation voulu satisfaire ma propre curiosité à propos des méthodes spécifiques à la réalisation de certaines couleurs. Habituellement, je me demande, «Comment pouvez-vous obtenir de bonnes couleurs? » Ce que je puis demander: «Quelles sont les couleurs que vous cherchez à améliorer? » Au cours des derniers mois, j’ai travaillé sur « modifier » couleurs et ce qui est nécessaire pour obtenir certaines couleurs. J’ai fait mes propres essais ainsi que de voir un grand nombre de chars et d’autres ce qu’ils ont fait pour parvenir à certaines couleurs. Je pense enfin avoir une carte de base pour ceux qui sont intéressés.

S’il vous plaît noter: je suppose que vous avez proposé de répondre aux normes minimales de maintien de SPS; fort éclairage, de calcium, aux niveaux appropriés, une forte écrémage et de vivre le rock.


Jaunes

Fortement dépendante des niveaux de nitrates et PO4. Bien sûr, toutes les couleurs SPS sont fortement tributaires de l’absence de N et de P, alors j’ai voulu commencer avec la solution la plus simple pour obtenir la couleur, jaune. Les jaunes sont une forme de base vous; jaunes vous en dira beaucoup sur ce qui se passe dans votre réservoir, ce qui est nécessaire et ce qui est une overdose. Les nitrates et / ou de réduction de PO4 est le plus important, soit par des moyens techniques tels que le nitrate / phosphate réducteurs ou biologique par le biais de l’ORD, le dosage du carbone et / ou les changements d’eau et fuges. En fait, si vous voulez faire SPS, je propose à partir d’un Acropora qui est jaune.Si vous pouvez l’obtenir à-dire jaune pendant plusieurs mois, vous devriez être prêt pour autre chose.


Verts

Verts serait la prochaine couleur plus facile à régler. La plupart des coloration verte peut être obtenue par l’addition d’un concentré de fer (Kents est ce que j’utilise, mais en fer est le fer). Vous devez être très prudent avec fer, car il est aussi un accélérateur d’algues, c’est pourquoi il est si important pour vous de votre premier couleurs jaunes (votre N et P sera réduit).

En outre, je utiliser mon jaunes comme des indicateurs pour mes verts et bleus. Vous remarquerez une deficiancy si votre verts sont de couleur marron ou elles sont palis en couleur. Je commence par le dosage du fer, à environ 1 goutte par 50 usg deux fois par semaine et de prendre note de ce qui se passe, la couleur change, la croissance des algues, jusqu’à ce que mon écran jaune acroporas shimmer vert (il ne sera pas un vert, mais une lueur d’un vert / jaune).

S’il vous plaît la note, un signe de surdosage est un assombrissement des tissus, lorsque cela se produit, vous avez ajouté trop de fer ou de trop de fer est ajoutée. Un autre signe de surdosage est la croissance des algues, arrêtez immédiatement et peut-être faire un changement d’eau si nécessaire. Comme tout le reste de récifs, aller lentement.


Blues et quelques violettes

Ceci est principalement pour les bleus, mais j’ai trouvé est peut également avoir un effet sur les violets. Le supplément pour ce iodure de potassium concentré ou la solution de Lugol, ESV iodure de potassium concentré travaillera également, ne pas simplement quelque chose qui dit que de potassium, parce que c’est un peu différent. Dosage doit être fait lors de bleu deviennent moins intenses. Encore une fois, en utilisant comme indicateurs les coraux jaune, jaune quand arrêter de dosage coraux afficher une lueur verte.


Reds / Pinks et certains Purples

Principalement pour les colorants rouges et roses dans Montiporas, Pocilloporas, Birdsnest, d’autres Stys et Seriatoporas. Le supplément est de potassium (et non de l’iodure de potassium). Si vous utilisez un mélange de sel de potassium élevée, tels que Oceanic, Tropical Marine Pro et vous faites régulièrement des changements d’eau, vous êtes plus que probablement pas besoin de compléter ce bien.

Pour le dosage, vous pouvez utiliser votre monitporas, en particulier les plafonds d’indicateurs. En complément est nécessaire lors de Montiporas afficher une croissance plus lente et semble lavé à l’aspect gris. Indicateurs sur Stys et Pócs quand ils ressemblent, ils ont été exposés à l’air. Polypes sont complètement retirés et les couleurs sont la lumière. Autres indicateurs de la carence en potassium, c’est quand la rose se transformer en un brun clair et quand acroporas perdent leur couleur et deviennent plus claires et pâle. Une grande carence en potassium est perçu lorsque le tissu est perdu, surtout à partir de la base opposée à repérer (voir inégale). Et surdosage peut conduire à la pointe de combustion, afin de ne pas faire d’erreur de gravure pointe pour une nouvelle croissance. Conseils pour des brûlures sera blanche sans polypes.


Purples

Probablement l’un des plus difficiles de toutes les couleurs acroporas de mon expérience car c’est une combinaison de plusieurs variables.

Tout d’abord, la clarté de l’eau, ce qui signifie que le carbone et / ou de filtrer les chaussettes. J’ai également eu de bons résultat de filtres biologiques tels que l’utilisation de zones cryptiques, qui produisent seasquirts, d’éponges et de filtre de l’alimentation d’autres animaux. Zeo Power éponge, qui peut être utilisé dans n’importe quel système, se nourrit d’éponges. Les éponges sont grands, car ils peuvent filtrer une masse d’eau pour une meilleure clarté de l’eau.

D’après ce que j’ai noté, l’augmentation de l’eau va d’abord clarifier effet SPS mais pas les trucs de base complète. J’ai vu des nana et validation avec des conseils très beau violet mais brun / beige / blanc bases. J’ai vu la même nana et de validation dans un autre réservoirs, qui s’est réuni tous les autres paramètres avec une violette de la base au sommet.

Seconde étant l’éclairage. De mes propres observations de mon réservoir et d’autres, semblent à l’amour mauve 420-440nm gamme du spectre lumineux, ceux qu’on trouve dans actinics et 20K halides. Certains des meilleurs violets j’ai vu sont dans des réservoirs qui ont 440nm bleu actinics (ATI Blue +, Giessman Actinic) ou 20K Halogénures (Radium, XM 20K).

Troisièmement, les suppléments tels que iodure de potassium et de (voir le blues et les Rouges / Roses). Encore une fois, assurez-vous que les verts sont verts et les jaunes sont de couleur jaune. Votre bleu doit être brillante avec la profondeur. Iodide également vous aider si vous avez la pointe brûler.

Ce sont là mes observations, par des essais et je suis sûr que dans l’avenir, d’autres facteurs seront considérés et ajoutés. S’il vous plaît, n’hésitez pas à commenter avec vos propres observations, de données est très important d’aller de l’avant.

Auteur: Shadowramy

 

a+

 

fred

 

 

 

 

 

 

 

 

Futur choix sur l’écumeur

670 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjour

je voudrais changé mon écumeur car l’écumeur maison prend trop de place dans ma décante et j’ai juste la place pour mettre ma pompe de remonter

j’ai longuement penser ces dernier jour, sur des modèles perfomants et compact

 

Description

ATI master bubble 250

– Ecumeur pour aquarium de 1000 à 3000 Litres

– Rotor Mesh qui produit un très grand volume d’air : 2 x 1000 l/h d’air pour 2 x 1500 l/h d’eau :

– Fonctionnement très silencieux : écumeur et pompes montés sur silent block, silencieux sur l’aspiration d’air, raccord en silicone pour les pompes

– Réglage de la hauteur d’eau par une molette

Dimensions : L 38 X l 24 x h 55 cm

Ce modèle reste très performant mais comme il a pas mal d’inconvénient sur le bruit des pompes, il vieillit assez mal. 

 

DescriptionMini-Bubble-King 200
Base plate : 9″x9″ – 23 x 23 cm
Pour aquarium de 600L a 1000L
1000 L/H air – 2000 l/h eau
hauteur total 22″- 55 cm.
Dimension du cylindre 8″ – 200mm
consommation électrique 38 Watt/h

Ce modèle est assez compact, et très solide avec du 5 m/m mais le seul inconvénient reste prix, le double de l’ATI

Le blanchissement corallien perturbe la structuration des peuplements de poissons

579 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Article parue le 21/10/2008  sur http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1798.php

L’impact du changement climatique sur les coraux ne fait plus l’ombre d’un doute, une augmentation de quelques degrés de la température des océans provoquant l’expulsion des algues microscopiques qui vivent en symbiose avec le corail. Alors que ce phénomène, à l’origine du blanchissement corallien, est bien connu des scientifiques, ses effets sur la structuration des centaines d’espèces de poissons qui peuplent les récifs demeurent peu étudiés à une large échelle. Des travaux, publiés récemment par une équipe internationale*, dont une chercheuse de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), mettent aujourd’hui en évidence l’impact sur les peuplements de poissons, du blanchissement massif résultant du phénomène climatique El Niño survenu en 1997-1998.

L’étude porte sur une soixantaine de sites coralliens de l’océan Indien, dont neuf sont situés dans une aire marine protégée. Ce travail scientifique de grande envergure montre que les changements dans la diversité, la taille et la structuration des communautés de poissons suivent le déclin du récif corallien. Les aires marines protégées, où la pêche est strictement interdite semblent en revanche avoir peu d’impact sur la reconquête du milieu naturel par les coraux. Un constat qui incite les scientifiques à préconiser la mise en place de réserves spécialement dédiées à la préservation des coraux.

Le corail constructeur de récifs peut être défini comme le résultat d’une symbiose entre organismes microscopiques d’origine végétale, les zooxanthelles, et un organisme animal, le polype. Du point de vue de la biodiversité, on compare souvent les récifs coralliens aux forêts tropicales humides. L’écosystème récifal abrite en effet des milliers d’espèces dont les interactions complexes gardent encore une grande part de mystère. Alors que la déforestation est le premier facteur de destruction des sylves tropicales, le phénomène de blanchissement constitue la principale menace de leur équivalent marin. Il suffit en effet que la température de l’océan augmente de quelques degrés pour que le polype expulse les zooxanthelles pourtant indispensables à sa survie. Sans ces algues microscopiques, le corail se dépigmente, ne reçoit plus les éléments nutritifs essentiels à son développement et finit par mourir.

L’élévation de température qui résulte de l’anomalie climatique régionale El Niño de forte intensité a provoqué, en février 1998, le blanchissement massif de près de la moitié des coraux de l’océan Indien, soit le plus important phénomène de ce genre depuis que les biologistes étudient cet écosystème. Pour les besoins de leur étude, les scientifiques ont confronté les données concernant les peuplements de poissons de 66 sites coralliens de sept pays différents (Maldives, archipel des Chagos, Kenya, Seychelles, Tanzanie, îles Maurice et La Réunion), recueillies au milieu des années quatre-vingt-dix à celles qu’ils ont collectées en 2005. En superposant ces informations, les chercheurs sont parvenus à dresser un bilan à l’échelle régionale de l’impact du blanchissement de 1998 sur les récifs coralliens. Leur analyse montre que la diminution de la proportion de corail vivant et l’altération de sa complexité architecturale constituent deux facteurs déterminants dans la modification de la structure des communautés de poissons récifaux. Après la mort du corail, les algues envahissent rapidement l’espace laissé disponible par les coraux morts, uniformisant ainsi l’habitat. La mortalité qui résulte du blanchissement affecte plus particulièrement les coraux constructeurs de récifs. Or, les édifices calcaires qu’ils élaborent servent d’abri et de nurserie à des dizaines d’espèces de poissons. Le déclin massif du corail touche donc celles qui dépendent étroitement des colonies coralliennes, soit pour se nourrir, comme les poissons papillons corallivores, soit pour se protéger, comme les petits poissons demoiselles. Lorsque leurs effectifs régressent, ces espèces sont souvent remplacées par des poissons herbivores (poissons perroquets, poissons chirurgiens…) adaptés à la consommation des algues proliférant sur le corail mort. Certaines, tels que les poissons du genre Segastes, peuvent alors envahir les récifs coralliens recouverts d’algues,comme cela s’est produit sur plusieurs sites après le blanchissement massif de 1998.
Par ailleurs, sur la soixantaine de sites étudiés, neuf sont inclus dans des aires marines protégées où la pêche est strictement interdite depuis le milieu des années soixante. Comme on pouvait s’y attendre, les scientifiques ont observé, après le blanchissement, une densité de poissons et une taille des spécimens plus importante dans ces réserves marines. Les coraux n’ont en revanche pas reconquis plus rapidement ces zones protégées. La faible régénération corallienne serait en partie liée au fait que ces périmètres de protection strictes sont proches de l’équateur, où le réchauffement des eaux océaniques survenu en 1998 a été le plus intense. Ces résultats, qui mettent en évidence ses effets délétères sur les récifs, montrent qu’il est nécessaire de concevoir des aires marines protégées spécialement dédiées à la protection du corail. La création d’un réseau d’aires marines protégées suffisamment éloignées de l’équateur pour limiter au maximum l’élévation de la température des océans liée au réchauffement climatique global, pourrait constituer, au niveau régional, des zones refuges efficaces à la fois pour la conservation des coraux et des espèces de poissons intiment liées à l’écosystème récifal.

Rédaction

DIC – Grégory Fléchet

Notes

* Ces travaux on été menés en collaboration avec des scientifiques de l’Université de Newcastle (Royaume-Uni), de la Société de conservation de la faune de New-York (Etats-Unis), de l’Université James Cook de Townsville (Australie), des Universités de la Réunion, de Marseille et de Perpignan (France).

Référence

Graham N.A.J., Mcclanahan T.R., Macneil M.A., Wilson S.K., Polunin N.V.C., Chabanet P. et al., Climate Warming, Marine Protected Areas and the Ocean-Scale Integrity of Coral Reef Ecosystems, PLOS ONE, 2008, 3(8): E3039. DOI:10.1371/JOURNAL. PONE.0003039

Les coraux de mer Rouge menacés par des escargots marins

618 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Publié le 22/09/2008 à 18:49 – Modifié le 22/09/2008 à 19:43 AFP

Les coraux de mer Rouge menacés par des escargots marins

L’augmentation de la population d’escargots de mer tropical « drupella cornus » dans le nord de la Mer rouge

depuis une trentaine d’années menace les récifs de coraux locaux, rapporte une étude d’une chercheuse de l’université de Vienne publiée lundi.

L’augmentation de la population d’escargots de mer tropical « drupella cornus » dans le nord de la mer Rouge depuis une trentaine d’années menace les récifs de coraux locaux, rapporte une étude d’une chercheuse de l’université de Vienne publiée lundi.

Le rassemblement de plus d’une dizaine de ces gastéropodes par mètre carré laisse derrière lui un récif mort et blanc recouvert en peu de temps par les algues. En conséquence les espèces vivant en étroit lien avec les coraux déclinent.

Les « drupella cornus » prédateurs de corail, répandus sur les récifs des Océans pacifique et indien, sont devenus les principaux habitants des récifs du nord de la Mer rouge depuis le milieu des années 1990 souligne la chercheuse Verena Schöpf.

Une étude de terrain a montré qu’ils sont trois fois plus nombreux au large de Dahab, dans le sud du Sinaï (Egypte), que dans d’autres récifs de la mer Rouge.

Les « drupella cornus » s’attaquent principalement aux coraux de type « acropora » les plus importants bâtisseurs de récifs, a démontré Mme Schöpf.

« Les coraux sont envahis plus facilement par les escargots quand ils sont attaqués ou endommagés » par les plongeurs, les ancres ou les tempêtes remarque Mme Schöpf qui n’a pu cependant établir de lien entre fréquentation touristique et présence des escargots de mer.

 

Vous pouvez recevoir un mail automatiquement des mises a jours du blog , en cliquant sur

ici

Les roches vivantes

849 Views
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Bonjours

un résumé du site : http://www.all-marine.net/topic/index.html

concernant la qualité des roches vivantes

Roches vivantes… voici une des clés du succès , mais quel embarras pour tous les passionnés quand ils doivent effectuer cet achat !

Que
d’offres , que de qualités, que de prix ! impossible de s’y retrouver
clairement. Voilà pourquoi nous vous offrons cette petite page, afin de
vous aider à enfin comprendre un peu plus les enjeux, les risques , les
avantages et les inconvénients qui vous aiderons à faire LE Bon choix !
( le texte qui suit est l’entière propriété de fabrice Ortin, toute
reproduction et/ou diffusion est soumise à autorisation préalable).tarifs et conditions en bas de page.

La
roche « vivante » est un support calcaire corallien qui du fait de son
origine et de sa nature spécifique, participe à l’épuration et à la
maintenance de votre qualité d’eau tout en décorant votre aquarium .

On
distingue plusieurs origines et provenances dont certaines se révèlent
être douteuses à l’usage alors prenez les plus grandes précautions
afin de vous assurer de la véracité de ce que votre revendeur vous
donnera comme appellation commerciale. Bien sûr ce qui suit est le
fruit de notre expérience dans le domaine, nous ne prétendons pas
détenir l’ensemble des vérités sur le sujet. Toutefois ces quelques
commentaires vous permettrons aussi de vous faire votre propre idée sur
le sujet.

L’incontournable : La roche vivante
indonésienne. Certainement la plus importée. Cette roche est
typiquement d’origine corallienne et l’on peu souvent déterminer la
nature très ancienne du support  » fossile », notamment Les genres
Acropora et Porites. Cette provenance est certainement la meilleure
disponible actuellement en France et vous permettra de créer votre
récif en mettant toutes les chances de votre côté. A noter que cette
qualité de roche se travaille facilement et offre une grande diversité
de formes ( boules , plateaux etc ). L’importation de cette roche est
liée à l’obtention de permis CITES qui doivent vous être remis lors de
la vente. Du fait des difficultés d’obtention des permis Cites et du
coût plus élevé du fret en provenance d’Indonésie, cette Roche ne peut
être disponible à bas prix. Voilà pourquoi les cours oscillent entre 9
et 12 € le kg en région parisienne ( moyenne généralement constatée )
et plus élevés en province du fait des coût de ré acheminement qui
s’additionnent aux prix de base d’achat des Parisiens.

La roche Vivante des Caraïbes
: Quasiment exclusivement représentée par des branches fossiles
d’Acropora palmata, cette roche offre un aspect et un rendu esthétique
très satisfaisant. Malheureusement, utiliser uniquement cette roche
pour construire votre récif vous conduira à un échec partiel dans le
temps. La structure d’Acropora palmata est largement plus dense que la
structure de ses cousins d’indo pacific.De fait la colonisation par les
bactéries nitrifiantes et la percolation se fera moins facilement avec
cette qualité de roche. Bien que très souvent proposée à des prix très
attractifs, cette roche offre un rapport Poids volume très médiocre.
Ainsi à poids égale, il vous faudra deux fois plus de roches pour
installer votre décor. Alors à vos calculette ! . Toutefois compléter
votre décor avec quelques roches caraïbes, permet également d’apporter
un peu de diversité dans la population d’organismes que vous souhaitez
introduire.

Roches vivantes de Fidji : Ces roches très
populaires aux USA ne sont qu’assez rarement importées en France. Bien
que très souvent annoncée sur des sites internet ou chez nos collègues,
ces roches sont assez rares à la vente. Elles sont assez proches des
roches importées de l’île Maurice en terme d’apparence et de texture.
Ce sont de belles roches un peu trop friables et pas facile à
travailler. Le coût de transport de Fidji à Paris encourage pas non
plus à l’importation. Toutefois si vous pouvez en introduire une
petite quantité, ces roches amèneront un peu de diversité à votre récif.

La roche vivante de l’océan indien : Là, nous devons distinguer deux origines :

Île Maurice
: Très belle roche, parfaite pour achever un décor. Malheureusement
cette roche constituée essentiellement de Pavona « fossiles » n’offre
aucun autre intérêt que celui d’être décoratif. Son prix assez élevé
dissuade souvent le passionné et de plus la structure très friable de
cette roche ne permet pas de construire sérieusement son récif.

Madagascar
: Cette roche n’est heureusement PLUS importée, et quelle chance ! A
l’époque ces importations étaient le résultat visible de la perversité
commerciale de certains importateurs « gagmen » avide de profit rapides
et surtout sans scrupules. Beaucoup de victimes ont harmonieusement
disposés ces « Galets » dans leurs jardins ou sur leurs balcons et je
suis sûr que nous pourrions encore en retrouver en RP ! avis aux
nostalgiques ! pourquoi ne pas ouvrir le petit musée des horreurs du
« récifal » ! Il n’en reste pas moins que bien des aquariums on fini dans
le mur en raison de cet achat et bien des passionnés ont été dégoûtés
avant même d’avoir commencer.

« Mer rouge » ou « Egypte » :
Dernière invention en matière de mythomanie et de marketing, ces Roches
sont en fait bien récoltées en Méditerranée. Leurs prix est souvent des
plus attractifs mais en réalité vous vous retrouverez avec des éléments
de décor assez lourds et surtout totalement inadaptés au milieu
« récifal ». Une densité à la colonisation bactérienne totalement
inadaptée et insuffisante et une belle loterie quand aux petits
pensionnaires que vous introduirez dans votre aquarium… enfin si ces
derniers survivent au réchauffement brutal de leur environnement. En
Clair à éviter !

Les roches Vivantes, D’occasion : Et
bien tous les commentaires ci-dessus s’appliquent à ce paragraphe,
sachant qu’à priori le vendeur doit être en mesure de vous fournir
l’origine de ses roches. Bien sûr certains particuliers peu scrupuleux
en profiterons pour vous « coller » deux trois kilos d’aquaroche ou de
dolomites colonisée par des coralines ou autres organismes, à vous
d’ouvrir l’oeil !

Pour conclure, quelques conseils de bon sens pour éviter de vous faire piéger :

Une belle Roche , n’est pas forcément Rose de coralines, méfiez vous des roches boueuse ou pleines à outrance d’algues.

Evitez
les roches trop friables ou trop denses. Privilégiez les roches aux
formes tortueuses et aérées. N’entassez pas vos roches. Faites un décor
harmonieux et très bien aéré pour que l’eau circule bien et que vos
roches « travaillent » aux maximum.

Prenez votre temps, préparez
vos roches sur plusieurs jours , achetez les en plusieurs fois. Ne
montez jamais votre décor le jour de l’achat. Ne tassez pas ! pensez
aux autres animaux que vous souhaitez adopter. Ne collez jamais vos
roches sur la vitre arrière , laissez un passage pour bien faire
circuler l’eau mais aussi pour pouvoir nettoyer la vitre de fond.

a+