Archives de catégorie : Actualité

Unboxing fabcorail et recifalhome

270 Views

Demat

La vente par correspondance font toujours peur mais dans cette vidéo, je vous montre le contraire. Avec le déballage de 2 box, je vous montre les animaux achetés chez récifalhome (le colis a mis 48h a arrivé a la maison) et fabcorail (24h a la maison) et pour vous certifier de la qualité de vente, j’ai mis les photos des coraux que j’ai acheté sur la vidéo et la réception du corail. Bon visionnage et au prochain tuto

Fred

 

Une reprise de l’activité sur l’exportation de coraux en indonésie

556 Views

Demat

Message de  christ d’abri sois roche

Alors que je n’avais vraiment plus d’espoir d’une résolution à court terme de l’arrêt des exportation par l’Indonésie de coraux mous, anémones, et coraux durs.
Infos corroboré par les protagonistes locaux qui tenaient des propos alarmants sur le devenir des collectes dans le milieu naturel, sachant que l’état et des associations de protection du milieu naturel s’étant greffé sur le conflit originel purement bureaucratique entre deux administrations, celle de la délivrance des CITES et ceux associé aux vétérinaires.
Il semblerais que le manque à gagner du pays via les taxes, la pression des professionnels affectés par une activité anéantie et leur mécontentement pouvant avoir des répercutions politiques, le dénuement de cette population sans travail ni ressources depuis des mois, et sommes toute le manque de d’information fondées sur l’impact négatif du patrimoine naturel, dans le respect des textes déjà existant.
Mais aussi le ras le bol d’un états dans les querelles de clocher, la pression internationale, car n’oublions pas que toute la planète pratiquant notre hobby est affecté de la même façon, que nous allions vers une résolution plus rapide que supposé !
Le texte autorisant à nouveaux les imports serait signé ou en passé de l’être.

Qu’est ce que cela signifie ?
Et bien que les demandes de CITES vont êtres honorés à l’export par les services d’état indonésiens, que grâce à ces CITES d’export nous allons pouvoir demander les nôtres donc d’importation à la DIREN, que ces manips habituelles pour nous autres pro reste longues, soit quelques semaines.
Donc simplement des boutures d’accro Indonésiens chez Abri sous roche avant la fin de l’année, le père noël devrais pouvoir se faire mal !

Qu’est ce qui va changer ?
Et oui, tout ça ne vas être sans laisser de traces.
Première chose, les exportateurs ont souffert, 6 mois sans revenus, et en opposition la soif de toute la planète en manque!
Le deal semble évident, il n’y en aura pas pour tout le monde !
En plus les coraux ont profité de cette latence et sont plus gros et plus beau qu’à l’accoutumé.
Les espèces à croissance rapide ont été rattrapé par les variétés rares à croissance lente.
Donc l’offre est insuffisante et plus belle.
Vous m’avez compris, les premiers servit auront la crème mais aussi un tarif augmenté en parti justifié.
L’Europe n’étant pas les consommateurs privilégiés, nous allons devoir attendre que les américains, les Japonais et les chinois, soient servis, ensuite faudra pas tenter de négocier sous peine de passer notre tour.
il s’en suivra une demande forte, et un retour aux croissances habituels, donc des pièces moins rares, poussant vite pour combler la demande.
Ce qui augure des coraux moins intéressants, une demande qui boudera ces arrivages, laissant aux variétés exceptionnels de revenir sur le marché avec le prix général lié à l’offre et la demande en baisse pour revenir à une certaine « normalité ».
J’estime à une année ce retour à la normale.

Quel changement pour le milieu naturel ?
Nous devons être conscient que ce conflit à tout de même éveillé des mentalités sur ces prélèvement qui impactent les ressources PIB d’un pays, et cette mise en exergue devrait accentuer la surveillance et les bonnes pratiques.
Par exemple les Acanthophyllia deshayesiana rouge et bleu soit disant Australiens qui arrivaient au fond de caisses de poissons Indonésiens chez quelques magasins peu scrupuleux devraient rester dorénavant dans la nature.
Comme le Plerogyra sinuosa coupé en deux et placé sur un socle de béton pour berner la législation et passer en statut de « bouture » va lui aussi être obligé d’attendre de se reproduire et de grandir avant de nous arriver.
Il va s’en suivre une prolifération de coraux facilement bouturables et à potentiel de croissance suffisamment rapide pour être rémunérateur. Donc une raréfaction des choses déjà rares et une augmentation substantiel tarifaire avec des achats de nous les pros sur présentation en wysiwyg par les fournisseurs.

Quel répercutions sur votre magasin habituel de coraux ?
Là, les professionnels français vont devoir se poser la question de continuer à exercer un métier sans rentabilité suffisante pour le faire correctement, solder des coraux pas très colorés mais pas cher, placés en masse par les grossîtes, qui n’intéresserons pas les clients.
Ou perdre de l’argent sur la vente de pièce d’exception servant de publicité, mais que la majeure parti des clients ne sont pas prêts à en payer le prix à contrario des Américains, Japonais, ou le niveau de vie (pour certains) est plus élevé.
Reste le bouturage sur ce qui est possible de fragmenter, avec une offre déjà abondante particulièrement en VPC, vecteur de marge plus importante mais panier moyen en baisse.
Un Acropora à 250€ coupé en 20 morceaux à 19€ rapporte plus mais présentera à nombre égal de vente, un chiffre d’affaire inférieur.
Nous allons donc nous aussi devoir nous adapter, et limiter nos dépenses.
Il va naitre certainement des magasins plus petits, moins couteux en charge, avec une offre diminuée, peut être une spécialisation sur un domaine, comme les zoanthus, les Acros par exemple. Comme il existe des spécialistes des crevettes d’eau douce et de l’aquascaping. L’abandon d’un stock de matériel couteux, et des structures combinant la vente en VPC de vivant pour toucher un potentiel national et non plus un département.
A contrario des rayons porteurs dans de grandes animaleries généralistes ou la rentabilité peut être négative sur ce type de rayon, si l’attrait publicitaire et particulièrement l’aura de technicité et de compétence qu’apporte le marin est au rendez-vous, peut aussi fleurir.
La combinaison coefficient de 10x sur une Orchidée ou un pot de lierre compensant, pour une rentabilité calculé sur l’ensemble de la structure.
Restera le manque de personnel doté du certificat de capacité, ce qui pour l’instant n’a pas l’air de gêner l’offre de ceux-ci dont l’offre perdure après le départ du capacitaire…

En résumé, de grandes avancées sur l’Indonésie, et semble t’il de bonnes nouvelles de Fidjï, un retour à la routine rapide, mais certainement une transformation du commerce proprement dit en tarif et forme de structures pour coller à un hobby qui se transforme dans la taille des aquariums, et celles des possibilités financière des français.
Chris Abri sous roche
Photo Vincent Chalias/ St Amblard

Continuer la lecture de Une reprise de l’activité sur l’exportation de coraux en indonésie

Interdiction des exportations de coraux: menace ou opportunité pour la durabilité?

1145 Views

Demat

Source : http://www.thejakartapost.com/tag/coral-reefs

Traduction par google

De Londres à Los Angeles, les poissons d’ornement conservés dans les aquariums domestiques sont de plus en plus la seule connexion de l’homme à la jungle de l’océan connue sous le nom de récifs coralliens.

Ces réservoirs incluent parfois des morceaux de coraux vivants comme habitat marin naturel, et environ 50% d’entre eux proviennent des côtes indonésiennes.

Au début du mois de mai, le gouvernement indonésien a choqué l’industrie des poissons d’ornement en fermant toutes les exportations de corail dans une soudaine interdiction générale.

Selon Dirga Singkarru, directrice générale de l’Association indonésienne de la corail et des poissons d’ornement (AKKII), cette décision est le résultat des efforts de synchronisation des réglementations entre le ministère de l’Environnement et des Forêts et le ministère des Affaires maritimes et de la Pêche.

« L’autorité de gestion est le ministère de l’Environnement, qui gère la gestion CITES [Convention sur le commerce international des espèces en danger]. La réglementation nationale exige des certificats de quarantaine sanitaire, l’organisme les délivrant du ministère de la pêche, mais ils veulent également participer au contrôle et à la surveillance. Les deux ont les instruments de la loi et, par conséquent, ils se resynchronisent pour ne pas se chevaucher « , a déclaré Dirga.

Pendant ce temps, d’autres parties prenantes ont exprimé leurs inquiétudes concernant les impacts potentiels de l’interdiction sur la chaîne d’approvisionnement.

« Les exportateurs ont de nombreux employés et aussi de nombreux fournisseurs avec de nombreux pêcheurs. Je pense que c’est un très gros problème « , a déclaré Wesen Wirawan, propriétaire de l’entreprise d’exportation de corail Golden Marindo.

Séparément, le président d’Ornamental Fish International (OFI), Shane Willis, a déclaré que l’interdiction aurait un impact dévastateur sur le marché et l’industrie du commerce du corail en Indonésie.

« D’ici deux mois, cela aura de très gros impacts financiers sur les exportateurs indonésiens. [Dans] six mois, il va commencer à vraiment détruire le marché. Et [dans] un an ou deux, c’est fini. Je ne pense pas que l’industrie reviendrait de cela.Tout le monde qui achète du corail d’Indonésie ira maintenant ailleurs « , a déclaré Willis.

Willis a exprimé des préoccupations plus générales concernant l’absence d’un calendrier précis et la possibilité pour l’Indonésie de perdre sa part de marché pour les exportations de coraux sauvages ou d’élevage en provenance d’autres pays.

Une interdiction récente des exportations de corail basée sur des espèces menacées à Fidji, en tant que l’un des plus grands exportateurs de coraux au monde, a eu des effets paralysants.

Les effets sur les magasins de vente au détail dans des régions telles que l’Europe qui sont approvisionnées par le corail indonésien sont importants, de nombreux importateurs recevant des expéditions hebdomadaires. Le corail est un organisme vivant et un bien périssable qui doit se déplacer rapidement le long de la chaîne d’approvisionnement et ne peut pas être stocké dans des entrepôts.

David Nicholson d’Independent Aquatic Imports à Londres, le plus grand importateur de bétail aquatique au Royaume-Uni, a déclaré que l’Indonésie était leur principal fournisseur de coraux et que l’interdiction leur imposerait d’ajuster leurs activités.

« Quatre-vingt pour cent des coraux que nous apportons viennent d’Indonésie. Si cela a été enlevé, cela nous affectera, mais nous pouvons obtenir du corail d’ailleurs. Cela ne va pas tuer notre industrie, mais cela rendra la tâche beaucoup plus difficile.  »

Un autre effet d’entraînement potentiel est sur les exportateurs indonésiens de poissons d’ornement et leurs collecteurs. Les importateurs achètent souvent des coraux et des poissons d’ornement ensemble pour réduire les coûts de transport, l’interdiction de l’un causant probablement une réduction de la demande pour l’autre et une dérive supplémentaire vers les exportateurs d’autres pays.

La jungle sous-marine: des coraux cultivés à Serangan, Bali, qui sont exportés pour le commerce mondial des aquariums marins.
L’Indonésie est l’un des plus grands fournisseurs de poissons d’ornement marins dans le monde, et environ 12 000 personnes sont directement employées dans son industrie corallienne.

Peut-être que l’impact le plus dramatique serait sur les moyens de subsistance à la base dans les communautés côtières, où la pêche ornementale est un employeur important. Dans ces régions, la capture de poissons d’ornement offre aux pêcheurs locaux l’opportunité de s’engager dans la gestion de la pêche, en promouvant la durabilité de leurs moyens de subsistance et le fonctionnement de l’écosystème récifal local.

Willis estime que l’interdiction pourrait compromettre les efforts visant à encourager la gestion durable de l’utilisation des récifs coralliens.

« Beaucoup de gens qui sont maintenant des cultivateurs de corail employés sont en fait des pêcheurs qui utilisaient du cyanure et d’autres pratiques destructrices.Ils aident maintenant l’environnement, mais ils sont empêchés de le faire et n’ont aucune alternative », a déclaré Willis.

« Alors vont-ils revenir à certaines de ces pratiques de pêche destructrices? C’est possible. Les gens vont faire ce qu’ils ont à faire pour survivre. « 

Alors que les récifs coralliens ont une valeur économique, les communautés côtières sont directement incitées à les préserver en tant que source durable de revenus.

Des efforts sont en cours pour mettre au point un mécanisme, comme une interdiction partielle axée sur les exportations de coraux prélevés dans la nature, tout en maintenant les exportations de coraux d’élevage, ce qui permettrait aux exportateurs de poursuivre leurs activités entre-temps.

Berny Achmad Subki, du ministère des Affaires maritimes et de la Pêche, a exhorté toutes les parties concernées à rester optimistes et ouvertes à une communication large et fluide.

Il a ajouté que le ministère estimait que l’interdiction était une étape nécessaire pour améliorer la surveillance du commerce, dans le cadre d’une évaluation nationale continue de l’utilisation durable des ressources naturelles.

Des préoccupations de longue date existent concernant la surexploitation des réserves de coraux sauvages, plus de 85% des récifs indonésiens étant fortement menacés par les activités humaines. L’Indonésie a établi des quotas pour la récolte et l’exportation de coraux vivants dans 11 régions.

Cependant, en raison du contrôle et de la surveillance réglementaires actuellement limités dans ces régions, il existe un risque de surexploitation pour les espèces destinées à l’exportation. Cela peut ajouter aux stress auxquels sont confrontés les récifs coralliens, tels que la hausse des températures de la mer provoquée par le changement climatique.

« Si les autorités renforcent la surveillance, le contrôle, la surveillance et la coordination entre les autorités, l’interdiction d’exporter réduirait les pressions directes sur les écosystèmes des récifs coralliens, aussi bien dans les zones marines protégées que hors des zones », a déclaré Ariefsyah Nasution. .

Ainsi, les effets de la resynchronisation à plus long terme pourraient être une récupération accrue pour les écosystèmes récifaux.

Au cours des dernières décennies, les progrès de la technologie ont permis aux aquariums de devenir un passe-temps plus abordable pour une société de plus en plus urbanisée à s’engager personnellement dans la vie aquatique. Cela fournit un lien précieux entre les gens et la nécessité de conserver les merveilles naturelles dans nos océans.

Urban Reef et poisson d’or

753 Views

Demat

En se temps grisonnant, je suis aller faire un voyage sur la Belgique,

La première étape le visite de  la boutique Urban Reef se situant a la capitale « Bruxelle »

La première impression avant d’arriver dans la boutique c’est de voir un bac de 2000 litres, riche en couleurs et qui donne envie d’avoir le même a la maison

On a été très bien accueilli avec Philippe, une personne très agréable et très professionnel, pour ceux qui concerne les animaux, on a pris plein la vu entre les sps et lps, les poissons bref si vous passez pas loin de bruxelle, allez y faire un tour.

l’adresse : Avenue du Castel 101, 1200 Woluwe-St-Lambert, Bruxelles. La boutique est ouverte le lundi et mardi sur RDV de 17 à 20 heures, vendredi de 15 à 20 heures, samedi et dimanche de 10 à 17 heures. Enfin, les jours fériés de 14 à 17 heures.

Deuxième étape: le poisson d’or qui ne connait pas ce géant du Vpc, encore une boutique aller voir aussi mais c’est un véritable supermarché du poisson, que soit eau douce eau mer et poisson de bassin, on y trouve tout, matériel hi tech toute les marque du catalogue de leur site. Bref on a été pris par le temps mais ça reste dans mes souvenirs et a refaire avec plus de temps.

L’ adresse : Rue Jules Vantieghem 12, 7730 Estaimpuis, Belgique, les horaires : lundiFermémardi14:00–19:00 mercredi14:00–19:00 jeudi14:00–19:00 vendredi14:00–19:00 samedi10:00–18:30dimanche10:00–13:00

 

📽Les Vidéos :

Kenavo

 

Interzoo 2018

636 Views

Demat

Pour cette édition 2018, l’Interzoo à Nuremberg, en Allemagne a ouvert ces portes, est l’un des plus importants événements de l’industrie animalier, avec de nombreux exposant internationaux.

Voici la liste des exposants:

AB AquaMedic GmbH, Amblard, Aquabee Aquarientechnik, Aquael, Aquarium Munster GmbH, Aquarium Systems, Produits Arcadia, ATI Aquaristik, Blau Aquariophilie, Groupe Boyu co. ltd., Bubble Magus, C.E.A.B., Caribsea,DD l’Aquarium Solutions Ltd, De Jong –marine, Deltec, Dennerle, Ecotech Marine LLC, Eheim GmbH, Elos, Equo, Genèse GmbH, Giesemann, GroTech Aquarientechnik GmbH, Systèmes H2O inc., Hydor, Jebao co. Ltd, Juwel Aquarium GmbH, Kessil éclairage, Korallenzucht GmbH, Maxspect Trading Ltd, New Era Aquaculture Ltd, Newa, Nyos aquatique GmbH, Oceanlife, Ocean Nutrition Europe bvba ,Preis Aquaristik KG ,PRODAC ,Prodibio ,Red Sea Europe ,Resun ,ROWA Aquaristik GmbH, Salifert Worldwide BV, Sander, Erwin Elektroapparatebau GmbH, Schego Schemel & Goetz GmbH & Co KG, Schuran OHG, Seachem Laboratories, Inc.,Seneye, Sera GmbH, Sicce, Skimz Singapour LLP,Teco, Le Mag -Float Société Bakker Magnetics B.V., Tropic Marin – Dr Biener GmbH, TUNZE, VERTEX – Aquaristik GmbH • ZOLUX S.A.S.

 

Gallérie Photo de L’Interzoo 2018 :

 

Arrêt temporaire des export d’Indonésie

555 Views

Demat

Apparemment, une vague de panique sur les sites de médias sociaux disant que le gouvernement indonésien a fermé l’exportation de corail.

Consultez la lettre officielle du gouvernement indonésien que les nombreux exportateurs ont reçu aujourd’hui:

L’Indonésie est la principale source mondiale de coraux pour le commerce des aquariums marins, exportant à la fois des spécimens prélevés dans la nature et des spécimens mariculteurs.

Nous avons reçu une mise à jour d’une source étroitement impliquée dans le commerce corallien indonésien en réponse aux nouvelles de ce matin selon lesquelles les exportations de corail indonésien ont été stoppées.

Il n’y a pas d’interdiction sur le corail indonésien. Les permis CITES sont délivrés normalement.

Cette histoire est juste un problème technique entre deux ministères en Indonésie. Les gens de la pêche / quarantaine ne veulent pas délivrer le certificat de santé qui doit accompagner toute expédition de corail vivant, localement et internationalement.  Des négociations sont en cours entre ces deux ministères pour résoudre ce problème technique.  Les Indonésiens sont des gens progressistes et chercheront un résultat positif rapide.  Il sera résolu dans quelques semaines.

Il n’y aura pas de transport local ou à l’étranger pour des coraux et anémones jusqu’à ce que les certificats de santé soient à nouveau diffusés.  Les expéditions ne seront que reportées, mais prévois la reprise des exportations de corail dans peu de temps.

 

Kenavo

Quelle est votre CAF

280 Views

Demat

Cet article devrait plutôt s’intituler : « Guide à l’usage des débutants qui souhaitent garder leur aquarium ET leur femme »

Le CAF ou Coefficient d’Acceptation Féminine (WAF – Wife Acceptance Factor- en anglais), désigne la relation que les femmes d’aquariophiles peuvent avoir avec l’aquarium de leur mari, voire parfois avec leur mari lui-même ! Ce coefficient peut se représenter sur une échelle de 10 (comme celle de Richter, à cela près qu’ici l’échelle fonctionne dans l’autre sens : plus le niveau est bas et plus on approche du tremblement de terre !). Si nous devions donner un libellé à chaque niveau, cela pourrait donner quelque chose comme :

Source: http://mars.reefkeepers.net/Articles/CAF.html

Kenavo

Top 20 des articles les plus lus en 2017

317 Views

Demat

Bonne année a tous et pour commencé l’année 2018, je vous propose un récapitulatif des articles les plus lus dans la périodes 2017

Top 20

Les produits AquaForest; pour mieux comprendre

Les paramètres Idéal pour nos réservoirs récifaux

La Reproduction Du Poisson Mandarin

Mode d’emploi des pompes jebao rw

The green druide

Osmoseur vertex deluxe 200 RO/DI

Rampes Leds ATI Sirius

Maladie : Comment traiter la Cryptocaryon irritans

Le réacteur a bactéries

le bac de reef frag

Comment cultiver du plancton

Jebao pompe doseuse DP4 (Manuel en français):

Le syporax fait son retour

Avons-nous droits d’acheter des coraux morts ?

Protocole Zéolithe de chez KZ

Tunze vs Jebao

Le nettoyant vitre low cost

Exportation de coraux en provenance des Fidji va être interdit

Les fléaux cachés que nous pouvons rencontrer Par Paul Whitby

LE REEF AU MOIS DE JANVIER 2017

 

 

A Bali, un océan de déchets envahit les plages

291 Views

Pendant longtemps, les plages bordées de palmiers, le long de la rive de Kuta Beach, à Bali, ont fait office de paradis pour touristes. Mais le sable blanc est maintenant jonché de tant de détritus charriés par l’océan Indien qu’un « état d’urgence déchets » a été déclaré.

Des emballages en et d’autres ordures plastique envahissent.

 

Les plages où les touristes se prélassent au soleil et se baignent, pendant que des surfeurs glissent sur des vagues qui acheminent toutes sortes de détritus sur l’île la plus touristique d’Indonésie. « Quand je veux me baigner, ce n’est pas très agréable … ». raconte Vanessa Moonshine, touriste autrichienne au bord d’une plage du district de Kuta Beach, dans le sud de l’île. « Je vois beaucoup de détritus ici, tous les jours, tout le temps. Ça vient toujours de l’océan, c’est vraiment horrible». Les monticules qui s’accumulent sur les plages nuisent à la réputation de Bali, présentée comme une île de rêve aux eaux turquoise, et mettent en exergue le problème des ordures en Indonésie. Quatrième pays le plus peuplé au monde avec quelque 255 millions d’habitants, cet archipel d’Asie du Sud-Est est le deuxième producteur mondial de déchets marins après la Chine, avec 1,29 million de tonnes par an jetées en mer, qui provoquent des dégâts immenses sur les écosystèmes et la santé.

Un fléau à plusieurs niveaux À Bali, le phénomène s’est aggravé au point que les autorités locales ont déclaré, en novembre, un « état d’urgence déchets», le long d’une rive de six kilomètres comprenant les plages de Kuta, Jimbaran et Seminyak, les districts les plus fréquentés de l’île. Chaque jour, 700 employés de nettoyage et 35 camions ramassent environ 100 tonnes d’ordures sur les plages pour aller les déverser dans une décharge proche. Le problème s’accentue pendant la saison des pluies, de novembre à mars, quand vents forts et courants marins

entraînent les déchets sur les plages et que des rivières en crue en charrient vers la côte. Pour l’océanographe I Gede Hendrawa, ce sujet est une menace tout aussi grave que celle d’une éruption volcanique majeure. « Les déchets dérangent les touristes d’un point de vue esthétique mais le problème du plastique est bien plus grave : des microplastiques peuvent contaminer les poissons qui, s’ils sont mangés par des humains, peuvent provoquer des problèmes de santé comme le cancer», explique le chercheur. Pour lutter contre ce fléau, l’Indonésie a rejoint la quarantaine de pays qui participent à la campagne de l’Onu « Océans propres» lancée, début 2017, pour lutter contre les déchets marins. Le gouvernement indonésien s’est engagé à réduire les déchets en plastique de 70 % d’ici à 2025.

Source: Telegramme